• Gastéropodes

    De bourgogne bien dodu, où de Poitou-Charentes en petit gris, certains semblent aimer le chocolat au point de colorer leur coquille en version africaine.Le saviez-vous ? Plus de 400 espèces d'escargots et limaces sillonnent avec lenteur les vastes espaces très variés de notre belle France. Ennemis jurés des jardiniers, car ils dévorent feuilles et bourgeons en un tour pied bien ancré jusqu'au cœur des corolles de fleurs.

    Gastéropodes

    Cependant, ils font partie du paysage et sont nos compagnons de route de la vie sur Terre. Pour combien de temps ? Les déferlantes des poisons Monsanto et consorts les déciment au point que certaines espèces sont d'ors et déjà inscrit sur la liste rouge des gastéropodes vulnérables ou disparus.

    Gastéropodes

    Jardiniers qui possédez un territoire plus vastes que vos planches de salades, agriculteurs qui entretenez quelques haies bocagères n'y déposez plus des poisons Bayer en version « Baigon vert de gris sentant la mort ». Les Cochlostomes, Elégantes striées, Ambrettes, Maillots, Clausilies, Bulimes inverses zébrés et tronqués, Troques élégantes, Soucoupes communes, Hélice des bois, Caragouilles rosées, Boutons , luisants, escargots de Quimper, de Poitou-Charentes et de Bourgogne vous remercierons de votre bienveillance à leur égard.

    Gastéropodes

    Ainsi la biodiversité de la faune ailée des passereaux se renforcera et Gaïa retrouvera progressivement la santé. Comme nous sommes intimement liés à elle, sa santé améliorée est gage de meilleur santé pour nous.  Nous ne sommes qu'un petit  maillon faible de la complexité du monde qui grouille ici bas. Ne l'oublions pas.

    Gastéropodes

     

    Bon dimanche 10 décembre 2017 à toutes et tous.


    1 commentaire
  • « Cul brun-ventre blanc » s'affaire au jardin de Canardjaune. Mais que gratte t-il sous les feuilles ?

    Zut où ai-je caché mes noisettes dérobées à la va vite ? Par ici ? Non par là ? Flûte, je ne sais plus où elles sont.

    Pas grave, il y a plein de glands en ce moment dans ce jardin tranquille que j'aime tant.

    Bon mercredi 6 décembre 2017 à toutes et tous


    6 commentaires
  • Bonjour,

    Ce matin l'automne a jeté un voile d'hivernage neigeux sur le jardin.

    Une mince pellicule de coton blanc enrobe les dernières fleurs.

    Comme de petits sucres d'orge cristallisés,

    elles tentent vainement de colorer ce drap d'hiver

    pour mieux s'accrocher à l'automne finissant.

    Coiffées d'étoiles, les cages d'amours

    grelottent au léger souffle du vent.

    L'hiver semble triompher de l'automne.

    Il lui tient fermement la main

    pour lui signifier qu'il a suffisamment duré.

    C'est sûr, Maître Hiver règne en roi, ce matin.


    10 commentaires
  • Une page se tourne... Une page se tourne, la dernière page du grand livre de la vie biologique sur Planète Terre. Lundi tout est calme, paisible, tranquille dans le secteur . La canopée des cèdres, des épicéas, des cerisiers et autres essences bienfaisante des lieux, qui assurent la pérennité du vivant s’endort pour un proche hiver, plus hâtif cette année. L'écureuil égaré à la cime du noisetier perce la noisette retrouvée sous le tapis bun de feuilles mortes pour en extraire l'amande. Le rouge-gorge « tic tic » ses dernières notes d'automne pour bien marquer son territoire car l'hiver pour lui sera rude pour se nourrir. Le hérisson se hâte sous le tas de bois mort pour hiberner tranquille loin du brouhaha de la circulation automobile qui lui est si souvent fatale. Le campagnol serpente entre les hautes herbes afin de grignoter ça et là quelques graines de graminées d'arrière saison. .

    Une page se tourne...

    Mardi, le grand livre du biocide, sorti de la médiathèque, toute proche de ce lieu, ouvre sa première page. L'entrée en guerre est déclarée. La nécro science, cette belle techno-science du modernisme entre en scène pour dévaster la canopée, du lundi tranquille, pour la réduire à néant.

    Une page se tourne...

    Les mâchoires du godet des tractopelles, bousculent les troncs de cèdre trentenaires, pousse comme fétus de paille les noisetiers, les noyers, du lundi de la canopée du vivant, tire et déchire des branches du cerisier quadragénaire qui gémit, cogne sans vergogne contre le peuplier d’Italie rebelle. C'est l'hécatombe. C'est l'éviction des ultimes traces du vivant. C'est l'anéantissement de la nature encore un peu sauvegardée qui vivait là, la veille.

    Une page se tourne...

    Mercredi. Les rois de la forêt moderne, vous savez, ceux qui cultivent les arbres du Morvan ou du Limousin comme poireau en potager du Prince de LU (voir ICI ) , se délectent des troncs, des branches, et même des souches pour les métamorphoser en granulats ligneux.

    Une page se tourne...

    Jeudi. Tout est calme. En attendant la suite des destructions massives, deux machines dorment derrière la haie épargnée de lauriers et de cupressus qui masque le bel ouvrage d'anéantissement.. Les petites mains des décideurs se sont volatilisés pour œuvrer destructions ailleurs.. A moins que ce ne soit leur journée de repos hebdomadaire ?

    Une page se tourne...

    Vendredi sera un autre jour, celui du probable décapage du sol afin de tracer la voie royale au béton et goudron du samedi.

    Une page se tourne...

    Dimanche, les fidèles à Dieu , iront prier pour la multiplication des pains. Mais où seront cultivés les blés du futur pour cette multiplication miraculeuse? En hors sol sur les toitures de la canopée de béton vous diront les experts. plein de certitudes?

    Une page se tourne...

    Actuellement, un milliard d'êtres humains crèvent de faim sur cette petite pomme de vie qui se balade dans l'univers glacé de la galaxie ; et nous notre beau pays de cocagne on le réduit à peau de chagrin. Nos terres agricoles "glyphosatées" sont sous emprise des métastases du village global terrien que nos fous de décideurs ont programmé au nom de la croissance tous azimuts.

    Une page se tourne...

    Cette croissance, qui lamine tout sur son passage. Cette croissance lénifiante qui prétend nous offrir demain un monde merveilleux , de douceur, de bien être à grands coups de bulldozers et de messages publicitaires très coûteux.

    Une page se tourne...

    Prenez garde les petites mains. Des nantis décideurs œuvrent pour la fin de la gratuité de l'eau pure, la fin de la gratuité de l'air respirable, la fin du silence pourvoyeur d'apaisement. Pour eux et leur argent, toute gratuité doit disparaître et devenir cash-flow. Pour eux, demain tout sera fabriqué et vendu standardisé dans mornes ateliers robotisés. La grisaille du ciel zébré d'avions gros porteurs de mauvaises augures, la puanteur des gaz d'échappement des automobiles et camions qui nous donne mal de tête, la flottaison des particules fines des nanotechnologies jusqu'aux tréfonds de nos poumons, les ondes électromagnétiques qui détruisent nos neurones et fabriquent des Parkinsoniens et Alzheimers par millions ;

    Une page se tourne...

    tout ce beau monde est pour nous, pour nos enfants et nos petits enfants si nous ne réagissons pas. Il est urgent d'éveiller notre conscience. La fin est proche. Pour l'enrayer changeons de modèle. Ne nous laissons pas berner par ces beaux parleurs politiques qui nous promettent croissance, croissance, croissance sans chercher à comprendre que notre planète Terre n'est pas extensible à l'infini. Notre monde bascule vers un inconnu dangereux. Faisons une pause pour réfléchir à notre demain. Orientons nous vers une sobriété heureuse à la sauce Pierre Rabhi. Nous n'avons plus d'autre choix pour nous tirer de ce guêpier dans lequel nous nous sommes enlisés.

    Une page se tourne...

    Je vous souhaite un bon week-end au chaud à toutes et tous

    et une pensée particulière à tous les sans-abri qui vont dormir cette nuit dehors dans le froid et la neige.


    4 commentaires
  • Bonjour. C'était il y a 6 ans le 26 novembre 2011. Nouvelle publication pour les internautes d'hier et et ceux d'aujourd'hui.

    Bonne dernière semaine de novembre 2017 à toutes et tous.

     

    Candelabres incendiaires            

      

    Quand le soir s’embrume

    Quand le soleil s’éteint

    Celui des hommes s’allume

    Celui de la nuit vient

    Un lampadaire s’éclaire

    Des lumières vacillent

    Des fantômes s’affairent

    Par milles yeux scintillent

    Des éclairs de nuit s’embrasent

    Explosion cosmique phosphorescente

    Des clairs de jour s’écrasent

    Flottement de led luminescente

    Des ombres noires batifolent

    Capuchons de farandole

    Rougeoyante incendie du ciel

    Du génie jubilatoire humain

    Influence circonstancielle

    De meilleurs lendemains

    Quand le soir s’embrume

    Quand le soleil s’éteint

    Celui des hommes s’allume

    Celui de la nuit vient

     


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires