• Lors de ma dernière promenade dans une épaisse brume bienfaitrice, (voir l'article précédent), je recherchais volontairement la solitude pour m'extirper du grand bazar de la manipulation « ambiance coronna ». Comment pouvoir réfléchir en toute modestie son propre petit destin sans le bombardement des manipulations médiatiques par écrans interposés ? C'est la question que je me posais.

    Se passer de télévision? Ce n'est pas compliqué. Il suffit de la mettre au placard où mieux aller la déposer en déchetterie pour un recyclage en filière pudiquement nommée « déchets d'équipements électriques et électroniques ». Quand on sait que toute cette panoplie d'écrans plasma à LED, et ou LCD finit son voyage au Ghana et sniffée par des enfants payés à moins d' 1 € symbolique par jour. Quelle vaste fumisterie de recyclage manipulatoire... Voir ICI

    Les gorgones de nos smartphones nous hypnotisent. S'en passer. C'est aussi possible mais de moins en moins faisable. Seulement entre-guillemets. Je n'ai point de téléphone portable au grand désespoir du reste de ma famille. Alors pour leur faire plaisir de temps en temps j'adhère à l'utilisation du « doudou » de mon épouse mais uniquement en mode téléphone. Mais l'envahisseur pernicieux tels des vibrions cholériques s'accroche sur nos mains à l'image des coronavirus qui suspendent leurs vols sur les tarmacs de nos narines. Notre société nous happe vers un usage inconsidéré de ce smartphone, au point de ne plus pouvoir rien faire sans ce dernier.

    Bientôt nos médecins et dentistes ne voudront plus nous soigner sans au préalable une consultation écran tablette. Prendre le bus, ou acheter un billet de train en mode papier devient presque un parcours du combattant. Nous devenons petit à petit des êtres lobotomisés. Des individus amorphes sans réaction aux restrictions des libertés de penser autrement ce monde. En France, le portail internet s'est ouvert joyeusement en mode soft « Wanadoo » bon enfant France Télécom. Il est maintenant en live permanent « Orange mécanique agressive » pour faire de nous des machines à consommer.

    Comme à l'école primaire pour apprendre à lire, on nous rabâche des mots clefs : pandémie, crise sanitaire, seconde souche, hors de contrôle. Ces mots répétés à l'infini titillent notre cerveau reptilien pour nous faire peur. Ils nous endorment et nous font perdre notre liberté de penser. Notre sens critique s'amenuise d'année en année. Notre société meure à petits feux. Notre jeunesse saura t-elle s'échapper de la glu médiatique et reprendre la voie de la liberté de penser, d'entreprendre et d'agir. Difficile combat pour les générations montantes. Nous sommes en guerre nous a siffler notre président. Mais une guerre bien étrange. L'ennemi n'est point celui que l'on croit.

     

    Bonne semaine à toutes et tous.


    8 commentaires
  • Matin de brume

     Ce matin d'hiver chargé de brume, je suis allé me promener sur les sentiers. Dans le ciel, j'ai cherché la lune. Je ne l'ai point trouvée.

    Matin de brume  

    Par contre du côté des bois, ce fut silencieux et merveilleux. Une douce lumière tamisée enrobait les troncs des arbres endormis. Ils semblaient figés pour l'éternité. 

    Matin de brume 

    Ce n'était qu'un court mirage car à la sortie des bois, la lumière se renforça pour dévoiler des fantômes déchiquetés. La brume glaciale comme une caresse divine, rampait sur un sol détrempé.

    Matin de brume 

    Au loin un couple de corbeaux babillaient causette d'un ton grave et solennel.

    Matin de brume 

    Un rouge-gorge trottinait devant moi et semblait vouloir à tout prix rompre ma solitude volontairement recherchée.

    Matin de brume 

    Oh ! créateur insensible à ton œuvre, merci de m'avoir offert ces instants fugaces de rare beauté hivernale.

    Matin de brume 

    Ce délicieux matin de brume, je ne l'oublierai jamais.

    Matin de brume 

    Bon jeudi 7 janviers 2021 à toutes et tous.


    10 commentaires
  • La chanson d'Eric Charden «le monde est gris le monde est bleu , et la tristesse brûle mes yeux» est le reflet parfait de l'année 2020 qui s'achève. Un printemps du monde d'avant qui nous a été volé par des décisions politiques incohérentes en nous confinant une première fois sans masque. Un été où «Mon cœur est gris, mon cœur est bleu . Je ne pourrais pas être heureux» lors d'un dé-confinement avec masque facultatif pour relancer une pseudo-économie touristique estivale. Un automne d'un monde d'après vécu à la dérobé en bal masqué forcé « Car je n'ai pas trouvé quelqu'un qui me dise je t'aime ». Enfin « le monde est gris le monde est bleu. la neige tombe sur mes yeux » d'un hiver en vagues inflammatoires confinement et 3-ème infantilisation d'autorisation de sortie, couvre-feu et bientôt nouveau confinement d'un covid-19 qui devient mutant et encore plus contagieux.. Les restaurants et salles de spectacles sont fermées mais les transports en communs sont ouverts et surchargés. (3 millions de voyageurs à la SNCF). Incohérence, quand tu nous tiens par la barbichette en haleine respiratoire forcée.

    Mais le père Noël en généreux donateur nous offre, sortie de sa hotte, l’espérance d'un monde d'après un peu plus bleu. Des multi-pseudos vaccins (Brins d'ARNm dans une potion magique de sodium/potassium aromatisée au saccharose et encapsulé dans des nanoparticules lipidiques) fabriqués à la hâte commencent à déferler un peu partout sur notre planète bleue. « Non je n'ai pas trouvé quelqu'un qui me dise je t'aime. » reprend en boucle Eric Charden . L'année 2020 s'achève sur une note bleue d'espoir vaccinal pour tous ceux qui y croient sans trop y croire . Gageons que ce soit le bon remède à cette saloperie, à défaut de bon filon pour certains. Mais dans tout ce foutoir, sous couvert de conseil de défense et de conseil scientifique, l'immixtion de l’État est toujours croissante et c'est ce qui me tracasse le plus pour nos enfants et petits enfants. Une gouvernance à la chinoise n'est plus très loin. Bonne fête de la Saint Sylvestre à toutes et tous et,  


    10 commentaires
  • *

    *

    *

    *

    *

    *


    6 commentaires
  • Ecole buissonnière à la carte?

    Messieurs les politiques, suivrez les conseils du corps médical, c'est bon pour l'économie.

    *

    Ecole buissonnière à la carte?

    Quand l'école devient une variable d'ajustement du covid19 pour booster notre économie de Noël, nous sommes proche d'un chaos que je n'ose même pas imaginer. Ce matin, notre premier du gouvernement aurait mieux fait d'appliquer ce qu'un certain Pierre Dac a si bien résumé. «  Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir ». Notre école de la République est ici bafouée. La considérer comme produit essentiel quand cela arrange nos politiques et subitement non essentiel quand les vacances de Noël approchent, là je ne comprends plus ?

    Ecole buissonnière à la carte?...

    Un enfant qui fréquente l'école avec assiduité et respectant tous les gestes barrières contraignants qui s'y rattachent en période de pandémie sur plusieurs semaines, serait-il brusquement plus contagieux deux jours avant les vacances ? Cette violence psychologique envers le corps enseignant et des parents d'élèves, sous couvert de covid19, devient intolérable. Pour nos enfants, ballottés en demi cours de  présence physique et demi cours de présence virtuelle, c'est déjà un enseignement dégradé . Pour des bambins de six 6 à 10 ans, les obliger à porter un masque, c'est compromettre leur avenir psychologique. Et ajouter une école buissonnière de Noël en créant des jours de classe facultatifs pour cause sanitaire, où va l'école ? L'apprentissage du savoir des enfants d'aujourd'hui pour mieux comprendre le monde de plus en plus compliqué qu'ils devront affronter demain en tant qu'adultes , passe par un principe rigoureux de ne pas dévaloriser l'école. L'école c'est sérieux. ça ne doit pas devenir facultatif un jour et obligatoire le lendemain en fonction des sautes d'humeurs de nos politiques pour satisfaire une économie déjà moribonde pour le devenir de notre planète.

    Ecole buissonnière à la carte?

    L'école ne doit pas être un produit essentiel de consommation courante un jour et de consommation non essentielle le lendemain: ce n'est pas recommandé par le corps médical.

    Ecole buissonnière à la carte?

     Nos dirigeants d'hier n'étaient pas brillants, ceux d'aujourd'hui ne sont guère plus reluisants, en s'attaquant à la culture et aux savoirs du peuple.

     En cette fin d'année 2020, les autres pays d'Europe (Allemagne, Pays-Bas, Angleterre) renforcent leur confinement avant les fêtes. Ils ont raison car c'est en plein hiver (Janvier et février) que les virus sont les plus actifs et virulents. Pendant ce temps,  la France, elle, dé-confine à la carte avec école buissonnière en couvre feu qui n'éteindra sûrement pas l'incendie Covid. Cherchez l'erreur ? Nous aurons probablement la réponse en plein hiver .

    Ecole buissonnière à la carte?

    Bon mardi 15 décembre 2020 à toutes et tous. 

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires