• Petite histoire de clouMon vieux clou a gobé un clou dans sa chambre à air . Du coup mon clou a viré en pneu plat sous le lampadaire. Aucun doute possible, le clou accroché à la chambre à air de mon vieux clou est un clou, étêté, entêté, à pointe arrimée pour pneu sans air. Du coup, pour franchir l'avenue en compagnie de mon vieux clou, j'enjambe la rue dans les clous. Clou de la soirée gâchée par un clou arrimé accroché à mon clou. Cette histoire de clou me rend fou à lier,Petite histoire de clou pas très clou cavalier ce clou. Est-ce un traître clou de coffreur qui traînait brut de décoffrage extirpé à l'aide d'un tire clou, ou bien un clou de tapissier à grosse tête pour sommier à ressors fixé par clous cavaliers ? Mon vieux clou cloué sur place de la place du village m'a jeté mauvais sort. Clou forgé sur Petite histoire de clouchambre à air à vulcain renforcé s'est piqué puis dégonflé. Clou à tête d'homme retord a mangé un clou avachi. Tiré au sort un mauvais clou enfoncé déjanté , mon rendez-vous raté , je suis resté rivé en clou de décoration. Bref, clou carré, à garnir, ou sur bande de roulement de tambour m'a laissé chemin faisant loin de la pointe de Paris, sans clou à cheval pour le remplacer. Le clou de cordonnier étant le plus mal chaussé, clou de vitrier en poche, je suis finalement rentré clou à patte, avec mon vieux clou pneu plat chambre à air déjantée et me suis heurté devant porte cloutée a compter les clous avant de pouvoir entrer. Le bec cloué par tant d'effort, maigre comme un clou, je me suis affalé sur le canapé. Cette prose, j'en conviens ne vaut pas un clou. Je me suis fait plaisir. C'est mon clou du jour, voilà tout.

     

     


    votre commentaire
  • D'une surface totale de 100 mètres carrés, la première fresque avait été réalisée en 1999. Détruite une première fois, et avant qu'elle ne soit à nouveau complètement vandalisée par des tagueurs peu soucieux du 9ème art, voici un des rares murs peints de ma ville, qui utilise la technique propre à la Bande Dessinée de la suite d'images séquentielles.

    Ce mur peint est l’œuvre originale de Marc Antoine Mathieu. Il est l'auteur de la série « Julius Corentin Acquefacques, prisonniers des rêves » ( décrit en six tomes : L'Origine 1990, La Qu 1991, Le Processus 1993, Le Début de la fin la fin du début 1995, la 2,333e Dimension 2004, Le Décalage 2013 ).

    Son album « Dieu en personne » paru en 2010 a reçu de nombreux prix.

    Ce décor en trompe l’œil est située rue de Beaulieu à Angoulême.

    Si vous flânez un jour dans la vieille cité des Valois

    ne manquez pas ce lieu original.

     


    1 commentaire
  •  

    Mars en Charente au jardin de Canardjaune est pour moi l'idéal pour fleurir. J'ai débuté ma floraison dès fin février. Comme je suis bien à l'abri en véranda froide je pense poursuivre encore quelques jours, histoire d'en mettre plein les yeux au coin-coin qui me bichonne.

    L'été il me place à l'ombre d'un de ses chamærops en compagnie de tillandsia-filles-de-l-air . J'y coule des mois merveilleux au grand air.

    En fin d'automne, il me replace en véranda lumineuse, fraîche et ne m'arrose plus. J'obtiens ainsi tout mon potentiel pour m'éclater en fin d'hiver et tout début du printemps. Un petit truc en plus, je dois vivre à l'étroit dans mon pot, ce qui m'incite à produire plus de fleurs, sinon je feuille sans compter.

    Bonne journée à toutes et tous.


    3 commentaires
  •  


    Au milieu de l'immensité verte de la petite prairie classée Natura 2000, un drôle de coléoptère se goinfre d'herbe. Comme c'est la période des carnavals, il arbore sa plus belle tenue endimanchée, d'un beau bleu métallique pas très discret pour les oiseaux prédateurs de passage. Mais, de son nom imposé par les hommes, Monsieur Chrysolina s'en moque éperdument. Sa vie est courte et son camouflage bleu métallique signifie danger toxique pour les gourmands qui passent et qui voudraient le becqueter. Aussi broutons un maximum avant de retourner en terre se dit-il. D'ailleurs dans cet enchevêtrement de tiges, suspendu les pattes en l'air mon côté ventre est un peu moins voyant. Mon prénom toujours imposé par les hommes,  est coerulans. Je suis de petite taille : 6 à 9 millimètres de long, ma couleur est variable , le plus souvent bleutée ou noirâtre à reflets métalliques. Mon corps est trapu et, tel un boxeur au nez aplati des prairies humides, ma tête est enfoncée sous mon corselet. Comme j'aime la présence des cours d'eau ; ici sur les bords de La Charente, en lieu tranquille je vie ma vie pépère de coléoptère phytophage.

    De la grande famille des Chrysomèles, nous sommes très nombreux : 37000 espèces herbivores sur petite planète Terre. Très prédatés, nous avons opté comme chez Monsanto pour les armes chimiques défensives et parfois offensives. Suivant le cas , diffusion d’aérosols volatils répulsifs ou toxiques et aussi "saignée réflexe". Vous l'avez compris, nous vivons en symbiose profonde sur les plantes hôtes qui nous servent de gîte et de couvert. Nous sommes un maillon essentiel de la vie et Monsanto se met le doigt dans l’œil à vouloir nous éradiquer. Casser ce maillon, c'est s'exposer à terme à de graves famines pour les animaux et les humains. Laissez nous tranquille, cela fait des millions d'années que nous nous auto-régulons. Pas besoin de vous bipèdes à l'intelligence de plus en plus artificielle, pour nous limiter. Nous savons très bien le faire sans vous.

     

    Bonne semaine à toutes et tous.


    3 commentaires
  •  

    Quand mars est là, la belle fritillaire pintade est de retour. Plante printanière bulbeuse de la famille des Liliacées à floraison grégaire. Mais pour combien de temps encore ?... Année après année leur nombre diminue et bientôt se réduira à peau de chagrin, voir disparaîtra totalement. Dommage, c'est pourtant la reine des prairies alluviales inondables (60%), des sous-bois humides (15%) , (Aulnaies, frênaies). Et le reste ça et là sur les bords des chemins boueux que beaucoup d'humains répugnent.

    En effet pour s'épanouir « Fritillaria meleagris » à besoin d'eau, beaucoup d'eau. Et de l'eau surtout propre et pure . Hélas, 96% de nos rivières et lacs français sont souillés. Ce n'est plus de l'eau, mais un macérat aqueux de produits chimiques toxiques divers et variés (merci Bayer-Monsanto, industries pétrochimiques ) qui peu à peu asphyxie plantes, animaux et hommes inclus. Communément appelée Tulipe sauvage, elle porte de jolis noms patois évoquant sa forme et sa couleur : Coquelourde, Chaudron, Coccigrole, Damier, Paloube, Bonnet d'évêque et bien d'autre encore selon les localités de notre belle France humide oubliée des manuels scolaires et des lois jambes de bois sur pieds d'argile de la République.

    Le Poitou-Charentes est gâté . De nombreuses petites stations se répartissent sur son territoire. Chaque année des larmes de joie coulent sur mes joues d'un corps trop sensible à ces choses naturelles extraordinairement belles qui nous entourent et que presque plus personne ne voit trop occupées à surfer des jeux d'écrans sur toile d'internet non communicante. Espèce classée prioritaire dans la liste rouge de la société botanique du Centre-Ouest, les fritillaires sont protégées dans six régions et une trentaine de départements.

    Bien insuffisant à mes yeux , car en une quarantaine d'années ses effectifs ont considérablement reculé. Les biotopes de prairies humides disparaissent à la vitesse d'un TGV qui zèbre les campagnes d'un point A conglomérat urbain bétonné et bitumé, à un point B zone commerciale attractives pour bedeaux en mal de babioles à remplir les poubelles. ( Merci, Notre-Dame des Landes, futur tarmac sur bocage humide). Arrêtons le massacre, favorisons la restauration et le maintient des prairies humides relictuelles qui existent encore, limitons au strict nécessaire l'usage des fertilisants et traitements phytosanitaires, favorisons le pâturage raisonné si possible extensif. Ainsi, l'eau redeviendra eau pure pour que Fritillaire perdure et nous avec.

    Et pour les passionnés qui aiment voir ICI fritillaria-meleagris.

    Et encore là .ne-me-cueillez-pas-merci

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires