• Serial-killer, Edition bis

    La majorité du bassin méditerranéen est badigeonné de millions de stipes ornés en leurs sommets d’une belle houppe de palmes. Tous ces palmiers sont le trait d’union des peuples du sud. Ils façonnent le paysage mais pour combien de temps encore? Un serial killer qui étend ses tentacules autour de la mer du milieu des terres est en train de modifier la donne de cet équilibre ancestral. Ce serial killer mesure 3,5 cm de long , pèse quelques grammes et est habillé de rouge. Il se nomme communément « charançon rouge des palmiers » .

    Il a débarqué sur la Riviera Italienne et française au cours de la décennie 2000-2010. Depuis sa prise de pouvoir en ces lieux, il avance inexorablement en laissant derrière lui son lot de ravages sur la grande famille des palmiers. Malgré les plans A et B de nos « sachants » des grandes écoles d'agriculture associés à nos électrons de la sphère gouvernementale, régionale, et départementale, le fléau n’est pas prêt de s’arrêter. La Nature a ses raisons que l’homme ne comprend point car elle n’est ni de droite, ni de gauche et encore moins du nombril centre. C’est une rebelle anarchiste qui n’a ni Dieux ni maîtres. Seul compte pour elle la vie sur petite planète Terre. Elle s’y emploie à merveille par toutes sortes d’artifices incompréhensibles pour nous simples bipèdes situés au bas du dernier barreau de l'échelle des valeurs animales et qui sommes englués dans nos certitudes de domination sur elle.

    Revenons à notre charançon. Vouloir à tout prix éradiquer ce serial killer, c’est comme poser son cul nu sur un cactus « coussin de belle maman » . Rien n’y fera surtout pas nos géants mondialisés « Monsanto , Bayer et Consorts » rois de la chimie de synthèse sans en avoir réalisé au préalable la bonne analyse du naturel. Ce serial killer de la gigantesque famille des insectes,  vorace des palmes d’or «cannoises» sur tapis bleu azuréen va profondément modifier le paysage.

    Le palmier des canaris qui prospère hors de ses îles natales depuis 150 ans sur nos "rivieras" va devoir se replier en son nid d’origine. Et encore, à condition que le climat ne s’y soit pas trop réchauffé durant ce siècle et demi d’externalisation hors îles. En attendant les totems de stipes se multiplient comme petits croissants chauds de la boulangerie du coin de la rue Matignon via  l’impasse Elysée. Les houppes palmées s’avachissent les unes après autres dans un concert de parapluie de Cherbourg aux baleines éculées.

    Avec la mondialisation des voyages de végétaux sans certificats sanitaires dûment respectés, messieurs les « sachants » ingénieurs agronomes de l’INRA vous avez boulot sur la paillasse de vos laboratoires. A vous de jouer. La flûte enchantée est entre vos mains comme une patate chaude tombée d’un four à boulets napoléonien.

    Je vous souhaite à toutes et tous un bon jeudi 15 octobre 2015.

     

    Le serial killer version 1 c'est ICI  


  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 15:41

    aïe.. pour eux... et que faire comme tu dis sans provoquer un autre déséquilibre... subir parfois.. et profiter un peu . bise et bon week

    2
    Samedi 17 Octobre 2015 à 08:22

    Le monder est devenu un gigantesque déséquilibre...

    3
    Samedi 17 Octobre 2015 à 09:31

    ben dis donc... entre les palmiers et les oliviers.. on ne reçoit pas que de bonnes choses d Italie... bizzz

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :