• Vivre à crédit pour encore combien de temps?

    Un bon banquier pour vivre décemment, doit exceller dans l’art du crédit. Les banques sont les lessiveuses du bien vivre, comme des riches sans argent,  afin que chacun d’entre nous ait l’illusion d’un bonheur qui n’en est pas un. Pour planète Terre, la réalité est bien différente. Elle ne fait pas crédit. Tout ce qu’elle nous offre gratuitement pour notre bien être, lui doit être restitué intégralement, sans intérêt, jusqu’à la dernière goutte d’eau empruntée. Or depuis le 2 août 2017, nous puisons les ressources de Madame Gaïa , sans que cette Grande Dame Nature soit en mesure de nous l’offrir. Nous vivons ici et ce jusqu’au 31 décembre de cette année, à crédit casino roulette russe pour notre avenir. Le plus grave dans cette histoire, nous entraînons dans notre chute, des pans entiers du monde des plantes et des animaux qui elles et eux n’y sont pour rien. Allons-nous enfin  quitter ce chemin qui nous mène dans une impasse? Comment y parvenir? Ah!... Par moins de consommation d’énergie dites fossile? Oh!... Charbon, gaz et pétrole ne doivent plus être bu d’une manière imbue pour tenter de réduire les gaz à effet de serre qui progressivement nous enserrent et nous mènent dans une étuve d’étés meurtriers et d'hivers les pieds dans l'eau boueuse. Comment encore y parvenir? Humm!... En changeant radicalement nos modes d’agriculture? Aïe!... Notre agriculture minière pourtant qualifiée de moderne fonctionne en réalité en buvant avidement eau et pétrole sans compter. La conversion en agriculture biologique est pour l’heure la seule issue possible afin de régénérer la biodiversité qui va de paire avec santé de la Terre retrouvée . Nous devons nous y convertir de gré ou de force sinon la famine nous guette à très brève échéance. Tout ceci implique décroissance raisonnable et raisonnée. Ho!ho!... L’homme, en libre arbitre n’a plus d’autres solutions que d’arbitrer en sa faveur s’il ne veut pas disparaître de planète Terre, qui, elle, continuera son bonhomme de chemin avec la sœur La Lune, sans notre compagnie.

    Vivre à crédit pour encore combien de temps?

    Vivre à crédit voir ICI 

    Bon dimanche 6 août 2017 à toutes et tous.


    5 commentaires
  • Un train d’avance au départ égal deux trains de retard à l’arrivée

    Prenez un train d’avance pour arriver deux trains en retard, tel est le dernier avatar à la mode SNCF. Exemples à l’appui: Ce matin, je prends le TER censé arriver en gare de Carnoles à 9h10. Oh! Miracle il arrive à 9h soit 10 minutes en avance. Chouette, embarquement immédiat pour ma toute proche destination Cap-Martin-Roquebrune soit 6 minutes de trajet top chrono. A l’entrée en gare de destination, le train s’arrête, le voyant vert qui autorise l’ouverture des portes s’allume, mais zut aucune réaction d’ouverture à l’action sur le voyant pourtant  bien lumineux?... Flûte le train repart et aucun voyageur n’a réussi à descendre. Prochain arrêt, la cité des Grimaldi. Et là oh surprise les portes s’ouvrent déversant une vingtaine de voyageurs mécontents qui comme moi se résolvent à prendre le prochain de TER inverse venant de la capitale de PACA pour la cité Vintimiglia. Résultat j’arrive à ma gare de destination 45 minutes après l’horaire théorique affiché au départ. Cette farce-là, la SNCF ne me l’avait pas encore servie sur son plateau d’argent. A la SNCF les voyages sont à chaque minutes, surprises.

    Un train d’avance au départ égal deux trains de retard à l’arrivée

     

    Autre exemple, si vous montez dans l’intercité qui enjambe la capitale régionale de Nouvelle Aquitaine à celle de Provence-Alpes-Côte-D’azur via le seuil du Lauragais, soit Bordeaux-Nice, n’espérez surtout pas arriver à l’heure. Ce train n’arrive jamais à destination dans les temps impartis. Compter entre 20 à 30 minutes de réguliers retards excusés par le chef de train. Cause invoquée : régulation de trafic?... Un langage clair pour un agent SNCF, un vrai clair-obscur pour le commun des mortels voyageurs qui se servent assidûment de ce service plus très public.

    Un train d’avance au départ égal deux trains de retard à l’arrivée

     

    Troisième exemple vécût deux fois. Prenez le TGV de Nice-Thiers ville pour Thiers ville dans le Puy de Dôme. La galère est au programme, les correspondances folkloriques et la destination plus-qu’illusoire. Le train prenant un certain retard à l’allumage, il tente désespérément de rattraper les précieuses minutes promises à l’arrivée en shuntant carrément la cité phocéenne. Les pauvres voyageurs pour Marseille sont invités à descendre à Toulon et à se débrouiller à monter dans un TER pour honorer leur fin de parcours. Pour les pigeons voyageurs de l’au-delà, ce n’est toujours pas gagné. Le TGV accélère entre Aix en Provence et Lyon Part Dieu. Hélas les Dieux semblent toujours contraires, et la correspondance loupée pour St Etienne Châpeautaux. Qu’a cela ne tienne, un joyeux agent d’accueil, nous invite à monter dans un train pour Le Puy en Velais. Curieux comme offre pour se rendre à Thiers Ville?... Heureusement arrivé sur le quai d’embarquement, ce train vient de partir avec une courte avance sur les voyageurs désespérés qui traînent péniblement leurs valises d’escaliers en escaliers, de couloirs en couloirs, à la recherche du train suivant. Bref la coupe est pleine, je regarde sur les écrans d’affichages horaires sans consulter un autre charmant agent d'orientation SNCF, car leurs boussoles sont trop déboussolées par le champ magnétique des motrices électriques Alstom et Bombardier.Le prochain train le plus proche pour la ville de Thiers annoncé est Vichy gare. Des bulles nous feront du bien et l’attente à Part-Dieu raisonnable. Enfin après une bonne journée à se traîner de trains en trains et de gares en gares, nous ne parviendrons ces jours-là jamais à notre gare de destination. Elle est belle la vie du rail, en théorie surtout. La pratique quant à elle, est sérieusement à perfectionner. Nous vivons une époque formidable de vitesse TGV sur des lignes ferroviaires à bout de souffle TER. Un train d’avance  au départ égal deux trains de retard à l’arrivée. 

    Un train d’avance au départ égal deux trains de retard à l’arrivée

    Bon dimanche 23 juillet 2017

     


    2 commentaires
  • Depuis le début du printemps nous vivons une époque dangereuse. Des épisodes de chaleur et sécheresse rarement entrecoupés d'heureux intermèdes de pluies orageuses perturbent la croissance et le développement harmonieux des plantes. Certains arbres perdent leur vigueur et meurent en silence dans l'indifférence générale du monde des hommes qui ne voient que croissance industrielle et profits tout azimut.

    « L'homme se découvre quand il se mesure à l'obstacle » nous a écrit un jour St Saint-Exupéry.. Continuons notre course folle vers plus de vitesse à la TGV Paris-Bordeaux en oubliant les villes intermédiaires du parcours, plus d'abondances d'objets futiles du style « foire-fouille » nous inondant de made in china bas de gamme , plus de lointains voyages en avion pour nous faire découvrir les mêmes cités tentaculaires de froides tours de béton-acier-verre, plus de performances « I-phone, tablettes » qui nous isolent les uns et autres par un repli sur soi quasi permanent d'écran virtuel, enfin plus de plus qui nous conduit au désastre imminent.

    Et nos enfants et petits enfants que pensent-ils de nos agissements d'adultes irresponsables ? C'est eux qui vont devoir se mesurer à l'obstacle. C'est eux qui vont devoir se découvrir...pour réparer (peut-être) l’étendue des dégâts.

    Allons nous manquer d'eau?

     

    La tâche que nous allons leur léguer est probablement insurmontable. Alors changeons vite de braquet et de civilisation pendant qu'il est peut-être encore temps...

    Allons nous manquer d'eau?

     


    3 commentaires
  • Avec mes faucilles , mes ergots et mon bec , je veille sur vous !...

    Avec mes camails , mes alaires et mes rémiges ,  je parade pour vous !...

    Avec ma crête , mes barbillons et mes oreillons , je rayonne avec vous !...

     

     

     C'était il y a sept ans.  Aujourd'hui rien a changé en bien la preuve.

    C'était il y a 7 ans ...

    A trop vouloir glouglouter en parade nuptiale du 14 juillet, nos deux compères oncle Sam « d' Inde made in USA » et coq gaulois de lointaine « Micronésie » aux allures de pacifique très fragile vont finir par briser leur caroncule en trombone à coulisse qui réduit le peuple de France en dindon de la farce. Attention, le peuple d'Artois-Picardie, de Normandie, d’Île de France, de Champagne-Alsace-Lorraine, de Bretagne, du Maine-Anjou-Poitou, de l'Orléanais-Berry, de Bourgogne-Savoie, d'Auvergne-Limousin, de Gascogne -Guyenne- Euskadi, du Languedoc-Roussillon, et de Provence-Dauphiné, sans oublier la Corse peut à tout moment sortir ses ergots et éperonner le trop plein de comédie théâtrale de ces deux rois élus sans majorité.

    C'était il y a 7 ans ...Aujourd'hui

    Je vous souhaite à toutes et tous

      un bon vendredi 14 juillet 2017. 


    2 commentaires
  •  

    Recyclage électoral recto-verso

    Nous approchons du 14 juillet 2017.

    Recyclage électoral recto-verso

    Comme les panneaux électoraux attendent patiemment le prochain référendum d'initiative populaire " spaniacien ", les affiches des festivals d'été se sont invitées à la danse en recto-verso aux tableaux d'honneur de ceux de la place de la mairie.

    Recyclage électoral recto-verso

    Voilà une excellente initiative de diffusion quasi gratuite d'informations culturelles.

     Recyclage électoral recto-verso

    Par contre, sur les autres places de mon village, les panneaux électoraux sont toujours là mais sans festivals d'été au programme. A quand ici l'affichage sauvage pour justifier cette prolongation de mobiliers réservés aux mouvements en marche pourtant élus depuis début mai ?

     

    Bon mardi 11 juillet 2017


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique