•  

    Demain, nous allons franchir le cap du 15 mars 2017 sous le signe du printemps qui chante. Au jardin depuis le 10, il explose de couleurs.

    Elles sont partout, sur les arbres en bouquets garnis géants, au sol en draperie tapis de mai et robes de mariées.

    Le ciel quant à lui possède certaines réticences à vouloir virer au bleu franc. Les derniers soubresauts de l'hiver le titille en brouillard épais les matins et en brumes laiteuses les après-midis.

     

    Le soleil à mi chemin entre solstice d'hiver et d'été est plus musclé qu'en décembre et parvient à chatouiller le thermomètre à la hausse.

    Bref nous sommes en pleine promotion de printemps un peu avant l'heure.

    Prenons en plein les yeux pour nous réchauffer le cœur.

    Bon mardi à toutes et tous.

     Photos en provenance exclusive du Jardin de canardjaune

     

     


    1 commentaire
  •  

    Je suis de la famille des renonculacées . J'affectionne particulièrement les pelouses, les champs , les oliveraies et les vignes . Je me décline en deux types de plante. Celle de Caen à fleurs simple et celle de St Brigid à fleur double . Plante vivace à tubercule, j’atteins 20 à 30 centimètres de hauteur. Mes feuilles caduques, basales et pétiolées sont très découpées. Mes fleurs hermaphrodites apparaissent de mars à mai.

    Parfois, je peux refleurir à l'automne .Mon inflorescence se résume en une fleur solitaire terminale. Mon périanthe est formé de 5 à 8 sépales de couleur variable (bleu, blanc, rouge, rose, violet) avec une tache de couleur différente à la base. La nuit je m’endors en refermant mes pétales. On me surnomme « fleur du vent » car mes graines plumeuses sont véhiculées sur de grandes distances par le souffle du vent.

    Dans la mythologie grecque, « Anémone » est une nymphe dont s’éprend « Zéphyr » dieu des vents.. Par jalousie la femme de ce dernier, la transforma en fleur « Anemos » (vent)

     

    Hélas je suis inscrite sur la liste rouge des trop nombreuses espèces menacées. Et donc, sur l'ensemble du territoire français, je suis protégé par l'arrêté du 20 janvier 1982, modifié par l'arrêté du 31 août 1995. Si vous me croisez du regard, ne me cueillez pas. En France, je pousse à l'état dit sauvage en Provence, Languedoc, Charente maritime et Corse.

    Ce cultivar Rouge a été photographié le 11 mars 2017 sur la commune de Gond-Pontouvre.

     


    4 commentaires
  • Depuis trois jours, tempête puis pluies quasi-continues frappent à la porte de Poitou-Charentes et pourtant ce matin, au jardin de Canardjaune un papillon Tircis fait du forcing pour braver les éléments météo contraire.

     

    Canardjaune entre en conversation : _« Monsieur Tircis, vous me semblez bien courageux et téméraire pour affronter un tel mauvais temps. »

    Monsieur TircisTircis rétorque : « _Monsieur Canardjaune, Il y a trop de fleurs sans abeilles dans votre jardin. Je me dois de prendre la relève et d'agir si vous voulez obtenir cet été quelques cerises et prunes ».

     

    Canardjaune : _« Effectivement je ne vois plus du tout d'abeilles, comment ce fait-il ? »

     

    Tircis : _« Comment, vous ne connaissez pas la cause de cette disparitionMonsieur Tircis ? Elle est pourtant simple. Regardez autour de vous ces milliers d'hectares de terre morte emportées par Bayer-Monsanto. »

    Canardjaune: « _ emportées ?...»

     

    Monsieur TircisTircis :  _« Haies réduites à la portion congrue. Sols et plantes gorgées d'insecticides, de pesticides et de désherbants . Comment voulez-vous que nous, petits insectes, résistions à ce gigantesque laminage ? Terres sans âmes sont ennemies de la vie.  »

    Canardjaune : _« Que faire monsieur Tircis ? »

     

    Tircis : _« Cessez de nous considérer comme des ennemis. Arrêtez votreMonsieur Tircis agrochimie industrielle. Limitez au sol vos emprises bétonnées et goudronnées. Partager les espaces naturels avec nous. Et très vite vous verrez que les dégâts s’estomperont »

     

    Canardjaune : _ « Tout ça je le vois bien, mais nos politiques pas »

    Tircis : _ « Alors, ce sera suicide collectif pour vous et moi. La balle est dans votre camp pas dans le mien ».

    Bayer-Monsanto frappe encore nos abeilles. Voir ICImettons-fin-au-massacre-des-abeilles 

    Bonne journée à toutes et tous 


    3 commentaires
  • Le cardinal Fifi, empêtré dans la tempête des grandes marées du prochain équinoxe de printemps, persiste et signe. En prime-time à Paris, hier après-midi, du haut de sa chaire, il nous a asséné son discours éculé de rassembleur. Le navire coule, les rats bons nageurs sautent à l'eau et laissent le capitaine à la manœuvre ultime avant le glouglou final. Le vent souffle à décoiffer les têtes gominées bien pensantes . L'averse, envoyée par son copain sortant le président Gouda 1er de Hollande, cingle le visage fatigué du cardinal au long court. Le discours accrocheur du grand orateur galvanise les fidèles du j'y suis, j'y reste. Aveuglé par la victoire de son diplôme des primaires, il occulte et déni tout ce qui dorénavant lui barre la route qui conduit au temple élyséen. L'ombre épaisse de Sainte Pénélope assombrit le chemin pour parvenir à la lumière du peuple.

    _ «Je suis le seul candidat qui possède la légitimité du pays. Aux urnes les votants minoritaires et à majorité vote blanc parleront pour mon ego. Je finirai grand cardinal Fifi croquemitaine de France dans l'histoire de la République Laïque. »

    Hélas, hélas, trois fois, hélas, pour l'heure les hosties sondages ne remplissent pas suffisamment le calice. Le miracle de la multiplication des petits « sablé-sur-Sarthe » grillés des matins qui chantent est mirage dans le Sahara.  Qu'importe

    _ « je suis le meilleur, je vous le dis et redis tous les jours. Dans 50 jours je tiendrai devant vous mes premiers discours de Président de France et de Navarre . Je vous le promets » …

    Et pendant ce temps là, la maison Terre se consume. Les tuiles du ciel commun aux sept milliards d'humains s'envolent et s'évanouissent une à une dans la spirale du cosmos. L'air de la planète Eau pourtant brassé par de plus en plus nombreuses et puissantes dépressions ne parvient plus à se régénérer pour purifier nos fragiles bronches. Nos amis les millions d'arbres, poumons de Gaïa, sont la proie facile des tronçonneuses des mafieux impunis. L'eau de nos lacs, rivières et nappes souterraines livrée, en pâture comme vulgaire marchandise, aux multinationales, devient jour après jour cloaque immonde. Nos océans s'asphyxient sous un déferlement de plastiques qui finissent en un sixième continent de nano-particules. La biodiversité du vivant, sur et sous Terre, dans l'air et dans l'eau, s’effondre. La maison Terre brûle. Les pompiers politiques de service, sont à des années lumières pour éteindre l'incendie qui violemment prend de l’ampleur. Cardinal Fifi, ton programme est pipi de chaton face à la vaste tâche que devra accomplir le sauveur de notre humanité pas encore né. Cardinal Fifi ça suffit tes jérémiades. Ton prêche, pour l'avenir du monde n'est pas du tout le bon. Il est passéiste. Un discours d'un certain ingénieur agronome René Dumont candidat à l'élection présidentielle de 1974 Voir ICI , est quarante trois ans plus tard toujours d'actualité et à mille lieues du tien. Hélas les français ne sont  toujours pas mûrs pour y adhérer, ce qui te permet de perdurer dans l'erreur fatale. Cardinal Fifi arrête de nous voler la démocratie par médias interposés. Au 20 heures de l'A2 hier dimanche, tu en remets une coucheCardinal Fifi, ça suffit de 30 minutes avec la bénédiction du play-boy serviteur de fausses bonnes nouvelles. Ta messe est dite et ressassée. Oh ! Fifi ta tambouille électorale ça suffit, sinon tu vas nous précipiter dans le bleu marine  avec toutes les conséquences désastreuses rattachées. Cardinal Fifi, tu l'as compris je ne voterai pas pour toi, et réjouis-toi je ne voterai pas plus pour les autres comédiens de cette élection piste aux étoiles. Mon bulletin sera plus blanc que blanc car je voterai Jésus qui lave plus blanc.

     


    3 commentaires
  • Enoisage ou dénoisillageChaque année, à la mi-février, notre association de quartier « La Grange du Père Brault » organise une veillée d'armes « Tam-tam spanacien ». Les fidèles membres musiciens et musiciennes armés d'une tricotte, en bois massif de buis pour les fins connaisseurs, tambourinent à tout va sur des noix calées une à une au creux d'une planchette en lame de chêne des forêts de Braconne et d'Horte. Les notes musicales sont accompagnées de grands rires en douce symphonie de convivialité. L'énoisage du Périgord perdure encore un peu en lisière Charente, tradition du goût.

    Cette poignée d'hommes et de femmes qui résistent au temps qui emporte tout, brisent d'un coup sec et précis les noix pour en extraire le cerneau. Trois heures durant les extra-bio du cru rare AOP de la belle Étoile se métamorphosent . De temps en temps il y a des fausses notes et certaines coquilles fusent au visage du voisin étonné de n'avoir pas su assurer le bon tempo.

    Enoisage ou dénoisillage Petit à petit les noix après décorticage et triage deviennent cerneaux pour prochaine production locale d'un liquide doré et gorgé d'oméga. A la fin du concert un dîner en partage permet de babiller sur l'air du temps et des amis qui s'en vont. Bien vivante, L'association de quartier « La Grange du Père Brault » entend poursuivre encore longtemps cette union, symbiose de la nature et des hommes, qui développe l'imaginaire débordant des enfants et occupe les adultes qui ne se prennent pas toujours au jeu du sérieux.Enoisage ou dénoisillage

     

    Le saviez-vous,

    Au début du XIX siècle, l'énoisage se pratiquait toute l'année dans le Sarladais : L'Hiver, on énoisait les noix du Périgord, et l'été les noix de Californie. A cette époque, l'énoisage étant payé beaucoup moins cher en Périgord, ce voyage aller-retour d'Amérique était rentable malgré les surcoûts de transport . Aujourd'hui une partie des noix du Périgord est énoisée en Pologne, toujours pour des questions de rentabilité.

    Pour briser une coquille de noix, la mondialisation marchande n'a pas besoin de frontières barbelées.

           


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique