• Quand Météo-France nous annonce l’arrivée d’une tempête Alex du côté de la Bretagne, et que celle-ci s’accompagne d’un épisode méditerranéen jusqu’à Menton la situation est grave. Le bord de mer de Menton, cette perle de la côte d’azur, prend alors des allures de fantômes marins qui se déchaînent en langues d’ogres menaçantes pour tenter de dévorer la promenade du soleil totalement éteinte de ses rayons d’automne.

    Pluie et vent en escouades bien fournies secouent la mer en débordements de fleuves côtiers brusquement alimentés par des orages qui transpirent à grosses gouttes sur les montagnes de l’arrière pays. Les épisodes méditerranéens de type Alex sont imprévisibles en quantités d’eau et de vent déversés.

    Météo-France prudente déclare alors le département des Alpes-Maritimes en zone rouge orages-inondations. Les autorités locales prennent aussitôt le relais et décident la fermetures des écoles, principaux commerces et transports collectifs routiers et ferroviaires . Mais hélas ce n’est pas suffisant car les orages d’ordinaire plus près de la façade maritime se délestent en quantités d’eau invraisemblables sur les hauteurs des arrières pays niçois, mentonnais et ligure.

    La catastrophe éclate en pleine nuit et se dévoile le lendemain au grand jour. Les rivières La Roya et la Vésubie ainsi que le fleuve Var surgonflés d'eau emportent tout ce qui se trouve dans leurs lits majeurs à la manière de la catastrophe du barrage de Malpasset ayant cédé sur les hauteurs de Fréjus en 1959 et de Vaison-la-Romaine en septembre 1992. Ce vendredi 2 octobre 2020, l’alerte Météo était rouge sur le département des Alpes-Maritimes et ce n’était pas une plaisanterie.

    Mes pensées les plus sincères à ceux qui ont tout perdu et mes condoléances aux familles endeuillées.

     

     *Le lendemain matin samedi 3 octobre 2020 un soleil radieux semblait avoir tout oublié des évènements de la veille.

    Décidément Baudelaire avait raison:

    "La Nature est un temple où de vivants piliers

    Laissent parfois sortir de confuses paroles

    L'homme y passe à travers des forêts de symboles

    Qui l'observent avec des regards familiers..."   

     


    7 commentaires
  •                              

    Doit-on en rire jusqu'à mourir

                                  Ou bien pleurer à en crever?

    La palme d’or du bal masqué

    N’est pas encore à son apogée.

    Tôt ou tard les masques vont tomber.

    De quel côté? Nul ne le sait.

    À visage caché, il avance à pas feutrés.

    À visages découverts, ils seront démasqués.

    Tôt ou tard, les masques vont choir.

    Il faudra les remplacer par des mouchoirs

    Pour que la fête du bal masqué

    En musique bien orchestrée

    Puisse continuer à progresser.

    Doit-on en avoir peur ou le braver?

    La palme d’or du bal masqué

    Sera finalement décernée.

    Comme partout, porté à Menton sur le menton,

    Ou derrière le lobe de l’oreille en perchoir

    Sur tout le territoire de Rochechouart

    Ou sous les narines du bout du nez 

    Comme dans la ville de Douarnenez

    Finalement où se résume l’efficacité?

    Par centaines ils tombent par terre

    Et ce n’est point la faute à Voltaire

    Les cordons élastiques dans le caniveau

    C’est encore moins la faute à Marivaux

    Tôt ou tard ils seront déversés à la mer

    Et, les regards croisés amers 

    En boumerang de gavroche

    Martelés sur les roches

    Déchiquetés en nanoparticules

    Nous frapperons de nouveau le matricule.

     

    La zoonose de cette maladie, en pandémie

    Va briser la mondialisation de notre économie.  

    De Chine venu, la covid s’est répandue

    De Chine fabriqués, par millions les masques sont vendus

    De Chine enfin un beau matin

    Viendra le fameux ou hypothétique vaccin.

     

    Doit-on en rire jusqu'à mourir

    Ou bien pleurer à en crever?

    La palme d’or du bal masqué

    N’en est toujours pas à son apogée.

     


    6 commentaires
  • Bonjour Automne 2020

    En ce 22 septembre 2020, l’été nous tire sa révérence, et l’automne prend le relais.

    Bonjour Automne 2020

    Des fragments d’été figés en photos se rangent dans la boite à souvenirs.

    Bonjour Automne 2020

    Au revoir bel été bien chaud cette année.

    Bonjour Automne 2020

    Bonjour automne. Comment serez-vous? Mystère.  Rendez-vous dans trois mois pour en décrire le bilan offert.

    Bonjour Automne 2020

    Bon mardi à toutes et tous. 


    7 commentaires
  • Musa

    Depuis des décennies face à la gare de Carnolès à Roquebrune-Cap-Martin, (en France métropolitaine) mon regard croise celui d’un grand Musa. Cette herbacée géante musarde tranquillement en ce lieu bien abrité des vents du nord et froids hivers. Tout en regardant passer les trains, cela lui permet de vivre ici avec l’espoir, un jour, de s’en échapper, si les conditions du dérèglement climatique lui deviennent plus favorables.

    Musa

    Au cours des années 1970 à 1990, ce vaillant personnage végétal ne pouvait développer que de larges et longues feuilles par couches successives fixées à un stipe. Puis peu à peu durant la période 1990 à 2010 sont apparus des minuscules inflorescences et petits régimes de bananes. Néanmoins pas encore de quoi nourrir son propriétaire terrien qui veille sur lui. Trop petits les fruits avortaient avant totale maturation. Or durant cette dernière décennie les régimes de bananes n’étant plus au régime hivers secs et froids ont pris de l’embonpoint. Cette année 2019 est un excellent cru en potassium et magnésium. Les fleurs bien fécondées par des frelons européens les bananes sont belles et bien formées pour devenir de beaux fruits.

    Musa

    A mon humble avis, le dérèglement climatique avec températures à la hausse y est sûrement pour quelque chose. Mais attention Dame Nature, à trop appuyer sur le thermomètre du côté sommets, les régimes finiront par perdre leur embonpoint et les stipes se transformer en bambous mous et desséchés. Nous vivons tous, hommes, animaux et végétaux une transformation rapide et radicale de nos environnements respectifs. Soyons vigilants car les mauvaises surprises  de Dame Nature sont pour très bientôt.

    Musa

    Bon week-end

    Musa

    à toutes et tous

    Musa

     


    4 commentaires
  • Du gaz dans l'eau

    Entre les deux ennemis concurrents de toujours la guerre de l'eau est déclarée. Le géant Véolia du secteur eau lorgne sur le géant de la distribution de l'eau Suez-Environnement. Un mariage difficile à négocier car Suez est pour partie dans le panier du géant du gaz Engie. Il y a donc des bulles de gaz dans l'eau. Le dilemme de Véolia est comment boire Suez en lui rachetant ses parts d'eau dans la corbeille d' Engie ? Une fois n'est pas coutume les syndicats de Suez sont main dans la main avec le patron. Le troisième larron Engie fait monter les enchères. Suez grand spécialiste du creusement d'un célèbre canal va-t-il finalement déverser ses parts d'eau dans la grande mare Véolia issue de la compagnie générale des eaux du second Empire ?

    Du gaz dans l'eau

    Toutes ces fusions, croisements, absorptions pour un liquide de plus en plus sale et donc de plus en plus coûteux à traiter pour redevenir enfin de l'eau à peu près buvable. Le grand tournant de la transformation mondiale écologique de l'eau est entre les mains de multinationales qui finalement se moquent de l'eau. Le seul but qui les intéresse c'est de faire pisser le jus d'actions au CAC-40. Nous avons de quoi nous inquiéter sur nos futures factures d'eau et en particulier les parts préservation des ressources, redevance assainissement, modernisation des réseaux collecte, pour enfin boire un liquide qui n'est plus vraiment de l'eau mais un ersatz H2O.

    Du gaz dans l'eau

    Affaire en délibérée pour la fin du mois. Nos sous-marins de la république en marche forcée appuient sur le plateau de la balance de Roberval du côté Véolia. Pourquoi? Devinez... Dérèglement climatique oblige, les gros €uros des dessous de tables vont ruisseler dans des rivières de plus en plus asséchées.

    Du gaz dans l'eau

    Bon week-end à toutes et tous.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique