• Enoisage ou dénoisillage

    Enoisage ou dénoisillageChaque année, à la mi-février, notre association de quartier « La Grange du Père Brault » organise une veillée d'armes « Tam-tam spanacien ». Les fidèles membres musiciens et musiciennes armés d'une tricotte, en bois massif de buis pour les fins connaisseurs, tambourinent à tout va sur des noix calées une à une au creux d'une planchette en lame de chêne des forêts de Braconne et d'Horte. Les notes musicales sont accompagnées de grands rires en douce symphonie de convivialité. L'énoisage du Périgord perdure encore un peu en lisière Charente, tradition du goût.

    Cette poignée d'hommes et de femmes qui résistent au temps qui emporte tout, brisent d'un coup sec et précis les noix pour en extraire le cerneau. Trois heures durant les extra-bio du cru rare AOP de la belle Étoile se métamorphosent . De temps en temps il y a des fausses notes et certaines coquilles fusent au visage du voisin étonné de n'avoir pas su assurer le bon tempo.

    Enoisage ou dénoisillage Petit à petit les noix après décorticage et triage deviennent cerneaux pour prochaine production locale d'un liquide doré et gorgé d'oméga. A la fin du concert un dîner en partage permet de babiller sur l'air du temps et des amis qui s'en vont. Bien vivante, L'association de quartier « La Grange du Père Brault » entend poursuivre encore longtemps cette union, symbiose de la nature et des hommes, qui développe l'imaginaire débordant des enfants et occupe les adultes qui ne se prennent pas toujours au jeu du sérieux.Enoisage ou dénoisillage

     

    Le saviez-vous,

    Au début du XIX siècle, l'énoisage se pratiquait toute l'année dans le Sarladais : L'Hiver, on énoisait les noix du Périgord, et l'été les noix de Californie. A cette époque, l'énoisage étant payé beaucoup moins cher en Périgord, ce voyage aller-retour d'Amérique était rentable malgré les surcoûts de transport . Aujourd'hui une partie des noix du Périgord est énoisée en Pologne, toujours pour des questions de rentabilité.

    Pour briser une coquille de noix, la mondialisation marchande n'a pas besoin de frontières barbelées.

           


  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Mars à 14:54

    Une petite goutte de vrai dans un monde de brutes !

    2
    Jeudi 2 Mars à 21:57

    sympa cette tradition !  bises Cathline

    3
    Samedi 4 Mars à 09:12
    francinea

    Bonjour, l'énoisage en Pologne, je rêve ! je te souhaite un bon week end, bisous ps merci pour cet article intéressant, une belle tradition

    4
    Mercredi 22 Mars à 23:15

    Et bien dis donc que de travail pour arriver à faire un litre d'huile !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :