• Essaimage au jardin.

    L’essaim est gros, très gros. C'est un essaim primaire. L'envol est gigantesque. Sans aucune restriction, ce 24 avril 2020 après-midi, dans mon jardin les abeilles sans masque sont en dé-confinement total. Pour mes voisins Daniel et Roselyne qui possèdent la ruche installée dans mon jardin , la capture avec masque et combinaison s'annonce ardue. Elle le fut.

    Essaimage au jardin.

    Tout a commencé vers 15h30. Sur la planche d'envol de la ruche brusquement c'est effervescence comme sur un tarmac. L'avaloir des entrées et sorties des petites pattes et ailes laborieuses se met à vomir un torrent d'abeilles qui n'en pouvaient plus d'être confinées à l'étroit dans cet habitacle sans fenêtre et plein de provisions sucrées. C'est la crise du logement qui fait déborder le vaste cheptel. La fièvre d'essaimage déclenchée quelques jours auparavant par la reine ( Elle avait certainement cessé progressivement d'émettre ses phéromones d'interdiction absolue d'élevage d'une mère-reine concurrente) est à son paroxysme. Le grand départ vers l’inconnu de milliers d’ouvrières accompagnées de leur cheffe bousculée vers la sortie est amorcé.

    Essaimage au jardin.

    La première étape consiste en un ballet vers le ciel au bourdonnement sonore impressionnant à la recherche d'un endroit où se poser à proximité de la ruche mère. Progressivement le bruitage métallique des ailes qui s'entrechoquaient s'affaiblit. Où vont -elles se poser ? Vers le grand pin de la nouvelle voisine ? Malheur surtout pas les belles ouvrières. C'est beaucoup trop haut pour vous récupérer. Direction sur l'antenne la cheminée de la maison. Mauvaise idée ce n'est pas assez protégé. Là, par là les filles ce beau douglas qui abrite nos compagnes restées au logis fera bien l'affaire avant de voir plus loin où s'il fera bon vivre.

    Essaimage au jardin.

    Les premières abeilles se posent sagement sur la pointe d'une branche à environ 4 mètres du sol. Bravo les dames, ici pour mon voisin apiculteur cela devrait être bon. Progressivement la grappe se forme. La construction se dessine comme un chapeau sous lequel trois mamelons s'allongent. C'est beau, très beau à observer. Le bourdonnement s’atténue encore. La tribu s'agglutine maintenant en une joyeuse grappe fourmillante de vie. Les ondulations au soleil ressemblent à un battement de cœur. Mes voisins prévenus par téléphone arrivent.

    -« Il va falloir couper la branche » me dit Daniel.

    _ Je lui répond _ « Si c'est nécessaire pour vous faciliter la tâche, faites au mieux » .

    Essaimage au jardin.  Je vais chercher l'échelle au garage et nous l'installons au plus près sous la branche. Du haut de l'échelle, Daniel tente une première fois de faire tomber l'essaim dans une ruchette. Trop compliqué car une bonne part de l'essaim s'accroche aux aiguilles du sapin. Aidé par son épouse Roselyne il coupe la branche à l'aide d'une cisaille. L'opération est périlleuse et délicate. Daniel redescend progressivement de l'échelle , la ruchette plus la branche à bout de bras.

    Essaimage au jardin.

    Parvenu au sol il tente d'introduire un maximum des filles dans la boite. Mais elles ne l'entendent pas de cette oreille. Elles s'élèvent à nouveau vers le ciel. Où vont elles s’agglutiner ? Là, dans le jeune figuier. Un trios de grappes se dessinent. Mais où est donc passée la reine ? En fuite avec son roi du côté de Varennes ? Pour l'heure, c'est un casse tête et mystère à résoudre.

    Essaimage au jardin.

    _« Là, elle est là à l'aisselle d'un bouquet de branche., dis-je. Daniel et Roselyne sont dubitatifs et interrogatifs. Attendons quelques minutes pour en être certain. L'essaim progressivement gonfle à nouveau. Il enrobe les branches et forme un superbe bouquet en fuseau. Admirable Dame Nature, quand tu nous tiens par la barbichette tu nous fais transpirer. Cette fois il faut agir avec discernement. La ruchette est manifestement trop petite. Daniel décide de la remplacer par une ruche plus importante. Après transfert des cadres de la ruchette vers la ruche, , Daniel juché en haut d'un escabeau, nous demande à Roselyne et moi-même de former un entonnoir à l'aide d'un drap blanc.

    Essaimage au jardin.

    Avec une brosse il entreprend le dégoulinement de l'essaim. Tout à coup une grosse boule chute dans l'entonnoir. Cette fois vu le poids que j'ai senti sous mes doigts, c'est gagné me dis-je. La reine n'est plus en fuite du côté de Varennes-en-Argonne et le marquis de Bouillé n'a plus qu'à quitter son costume de Général et se rhabiller en clown du roi louis XVI. Une dernière descente de l'escabeau. Tout ce beau monde grouille dedans et hors de la ruche hôte.

    Essaimage au jardin.

    L'adopteront-elles ? Vieille Reine-mère reprenez en mains vos sujettes. Il en va de la survie de votre vaste troupeau.

    Essaimage au jardin.

    Bon dimanche et bonne semaine à toutes et tous.

    Essaimage au jardin.

    Prenez soin de vous .

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Avril à 15:56

    En voilà un bel article

    Quelle aventure ! spectaculaire  !!!  ça a du être beau à observer    pas de piqûre ??  moi je les crains 

    bon dimanche  bises à tous les deux Cathline

     

    2
    Dimanche 26 Avril à 21:49

    c'est très très joli ! L'an dernier, j'ai eu le phénomène dans mon jardin.

    Elles n'étaient que de passage ! http://capucyne.eklablog.com/des-milliers-d-abeilles-a165483294

    3
    LABORDE Marie
    Dimanche 26 Avril à 23:36

    Superbe spectacle, captivant, vous nous avez fait suivre la scène comme si nous y étions. Un grand MERCI pour l'émotion partagée. Lorsque j'étais gamine, à la ferme de mon père, il y avait un rucher avec plusieurs ruches à proximité d'un bois d'acacias. Il récoltait le miel, c'était un régal. Mais maintenant je l'achète chez un producteur au marché local le samedi matin. J'habite au Puy en Velay, en Haute Loire, région où le bio et le traditionnel perdurent. Je m'en félicite car j'en suis friande.

    Merci pour ce moment magique et bonne semaine remplie de tout ce qui peut vous faire plaisir.

    Je vous embrasse.  

    Marie.

      • Vendredi 1er Mai à 17:16

        Merci Marie. Nous sommes déjà en mai, je vous souhaite un bon 1er Mai 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Lundi 27 Avril à 08:42
    Merci pour ce beau reportage.. Mon voisin étant apiculteur, j'ai déjà vu des essaims mais je suis plutôt peureuse de les rencontrer...
    5
    Lundi 27 Avril à 14:22

    Bonjour mais quel merveille ce reportage avec ces sublimes photos c'est vraiment grandiose moi ça me ferait très grande peur mais merci pour ce très beau partage bonne journée bisou Claudine Daniel

    6
    Lundi 27 Avril à 15:33

    Un seul mot : IMPRESSIONNANT ! bravo !

    7
    Mardi 28 Avril à 08:18

    C'est tout moi  ! 

    je fais un article et dès que j'ai publié, je m'aperçois que j'aurais pu y rajouter quelque chose  

    voilà j'ai complété 

    8
    Mardi 28 Avril à 09:28

    zut   j'avais pas vue la photo à l'envers  hihihi   personne me l'avais dit  

    9
    Mardi 12 Mai à 18:42
    francinea

    Bonjour, quel boulot, c'est impressionnant; j'espère que le voisinage n'a pas crié au loup ! je te souhaite une bonne soirée, bisous

     

    10
    WILLIAMS
    Samedi 16 Mai à 17:24

    Bonjour

    Enthousiasmée par cet article paru dans Charente Libre de vendredi 15 mai, je vous félicite pour tout le travail fourni pour entretenir et récupérer tout ce miel providentiel de ces belles petites abeilles qui se sont trouvées bien dans ce jardin. et plus particulièrement chez Michel Andrieux.

    En plus, ce que je viens de lire et voir ci-dessus est impressionnant. On ne peut qu'être admiratif !

    Belle journée et merci.

    Restez prudents.

    Elisabeth

    11
    AUDOIN
    Dimanche 24 Mai à 19:28

    Merci Michel pour ce magnifique reportage. Il faut aussi dire MERCI pour votre aide. Sans vous seule à tenir le drap pour les aider à descendre je n'aurais pas pu. MERCI aussi pour ces petites abeilles qui butinent dans votre jardin.

    Roselyne et Daniel

      • Dimanche 24 Mai à 20:43

        Je n'y suis pas pour grand chose. C'est à Dame Nature qu'il faut dire merci. Bonne soirée à tous les deux 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :