• Guerre de l'eau en Charente ?...

    Bonjour,

    Février 2012 a été très froid mais peu pluvieux (32 mm relevés dans mon pluviomètre au jardin avec seulement un jour très neigeux et 3 jours pluvieux ) . Mars dont la clarté s’étire en longueur à pas de géant ne favorise plus guère les stocks d’eau dans les nappes phréatiques . D’autant plus lorsque les jours se suivent sans guère de giboulées . Depuis plusieurs années le même phénomène se reproduit. L’ennui en Poitou-Charentes , c’est que nos amis agriculteurs ont tous misés sur la quasi monoculture du maïs , plante très gourmande en eau. Alors comment faire pour concilier la production de masse d’une plante tropicale sous un climat tempéré atlantique devenant progressivement à tendance fortement méditerranéen ? Nos décideurs ont tranchés en faveur des réserves de substitution . Qualificatif qui se résume à la création de bassines , d’étangs artificiels , de barrages réservoirs ou retenues collinaires . (Grandes baignoires pour Canardjaune). Selon les bassins versants pluviaux les volumes d’eau deviennent conséquents et j’ajouterais même considérables . L’addition des gouttes d’eau de ces reservoirs artificiels totalise en effet 2,9 millions de mètre cubes , rien qu’en Charente !… Que d’eau pour un Canardjaune !... Mais pour remplir ces baignoires , il faudrait qu’il pleuve l’hiver pour les vider sur les maïs l’été venu . Hélas ce n’est pas tout à fait ce qui se passe dans la réalité . Alors , nos amis irriguants trichent un peu . Ils font comme les shadocks ils pompent l’hiver dans les nappes souterraines ou rivières de surface qui devraient se remplir et vident leurs bassines l’été avec de l’eau soit disant en stock d'hiver . Et le tour est joué . Mais hélas les rivières en surface prouvent à Canardjaune que ce n’est pas tout à fait vrai . Les niveaux visibles du fleuve Charente et des rivières des bassins versants qui l’alimentent sont en baisse régulière et récurrente . Notre décideur d’état local , le préfet qui possède dans ses dossiers secrets d’état les vrais volumes et leur fluctuation , doit jouer chaque année l’arbitre des quotas à évaporer sur les épis dorés . Le président de la coopérative de gestion de l’eau Charente amont a décidé de faire fronde et de botter le ballon d’eau en touche . _" On arrosera malgré les interdictions ". Oui le bonhomme en question tout président d'une mauvaise gestion de l'eau qu’il est , aura beau se mettre hors la loi , ce n’est pas ce qui fera tomber la pluie . La guerre de l’eau est déclarée . On ne remplit pas les baignoires avec du cognac !… il faudra bien que chacun mette un peu d’eau dans son verre à porto pour retrouver un peu de lucidité . Et tout ça pour une plante tropicale qui devrait pousser sous les tropiques !…

     

                               " La Nature pour être commandée , doit être obéie" (Francis Bacon)

                                                                             Bonne journée


  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Mars 2012 à 06:30
    ANTO

    Bonjour ,c'est un peu le même problème par ici heureusement qu'il y a quelques barrages d'EDF qui servent de réserve pour l'été .C'est vrai qu'il ne pleut plus ni ne neige assez pour reconstituer les réserves

    bonne journée

    2
    Jeudi 8 Mars 2012 à 07:02
    New Dawn

    C'est vrai que l'agriculture est souvent une des causes des dérèglements climatiques... mais comment faire autrement , sans ruiner les paysans ?

    3
    Jeudi 8 Mars 2012 à 07:41
    Capucyne

    Et si l'on mettait la pédale douce sur le maïs!? Le preôblème est bien connu maintanant!

    4
    Vendredi 9 Mars 2012 à 09:14
    le p'tit Prince

    Bonjour Monsieur Canardjaune,

    tu soulèves un problème très complexe... L'eau, sa rareté, un peu partout est dû à la culture du maïs, OK, mais le maïs est subventionné pour éviter les importations yankee et donc équiliber, tant soit peu, la balance commerciale de la France. Le maïs est devenu une des principales nourritures des animaux d'élevage, ce qui n'était pas le cas il y a encore 50 ans en arrière. L'ensilage aussi provient du maïs, c'est tout bénef pour les paysans... Primes, nourriture bon marché, ensilage... et l'eau la dedans ??? ils s'enfoutent, ils toucheront des primes sècheresse si elle vient à manquer... Bon, dans le Gers, il y a quand même une recrudescence de la culture du blé... mais... pas pour un respect de l'environnement. Il y a pénurie de blé, donc les prix ont flambé, en fait, tout est lié au fric comme dans tous les domaines actuellement. L'égoïsme et l'orgueil de chacun va les mener tous à la ruine. 

    Aujourd'hui, il fait un temps merveilleux, je vais en profiter pour jardiner, bonne journée l'ami Canard jaune... Ah oui, j'oubliais, jaune ??? comme la poste ??? amitié.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :