• La lèche a sec

    Bonjour ,

     

    Au début du printemps , Canardjaune ayant un bec très sensible au manque d’humidité , sentait les prémices d’un vent de sécheresse prêt à s’abattre sur sa Charente bien aimée . Il n’en était à l’époque pas tout a fait sûr. Aujourd’hui ses craintes sont justifiées et bien réelles car la situation s’est sérieusement dégradée . Le niveau du fleuve " La Charente " dégringole à vue d’œil de jour en jour depuis début juillet .Tous ses affluents sont en passe de se tarir . Ainsi cet après-midi Canardjaune est allée voir les magnifiques sources de La Touvre son baromètre infaillible pour contrôler la situation du moment . Et la oh surprise ! L’eau ne sort plus de 2 sources sur les 4 .

     

    La résurgence de La Lèche a l’allure d’un puit contenant de l’eau croupie et le cours d’eau en aval de la source n’est plus qu’un oued nord africain . Le lavoir qui jouxte la source n’est plus qu’un fantôme desséché . A moins d’un km en aval , la source Font de Lussac dort d’un bon sommeil habituellement de fin septembre et la pisciculture qui est directement alimentée par La lèche est depuis lundi dernier sous perfusion par pompage directe dans le lit de La Touvre . A Brigueuil un petit village de 636 âmes situées au nord est du département n’a plus d’eau potable et pour éviter la rupture du réseau , son château d’eau est approvisionné en eau transportée par camions-citernes . L’opération se solde par un coût de 5,70 € HT le M3 contre 1€ HT en période ordinaire . Qui va payer ce surcoût astronomique si cela dure jusqu’en fin septembre ? Et pourtant l’œil de Canardjaune voit encore de-ci , de-là d’immenses champs de maïs recevoir encore et toujours des douches à canons à eau pour les maintenir " Géant vert " .

    Est-ce bien raisonnable toutes ces contradictions ?

    Le précieux liquide aux reflets bleu d’un ciel presque azuréen en cœur de Charente continue d’année en année à s’évaporer en feuilles de maïs pour ensilages et peu de décisions sont prises pour affronter ce problème récurent très vite oublié dès les premiers orages d’automne . Cette année la situation d’automne apparaît en début d’été , s’il ne pleut pas d’ici fin septembre les larmes de Charlène seront desséchées avant consommation du mariage princier .N’oublions pas que les ruisseaux , les rivières et les fleuves sont les vaisseaux sanguins de notre belle Planète Terre . Les souiller et les aspirer comme des vampires , ce n’est pas très respectable pour elle et donc préjudiciable pour nous .

     

    Bonne semaine


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Juillet 2011 à 18:34
    lilou-52

    C'est impressionnant cet assèchement ! As tu vu cela pendant la sécheresse de 1976 ? La rivière près de chez moi qui a débordé cet hiver n'est pas à sec mais on voit que le cours à bien baissé. Pour ce qui est du maïs, je suis comme toi, je ne comprends pas cette contradiction. Va falloir que l'on nous explique les choses. Bonne soirée Canardjaune.

    2
    Lundi 11 Juillet 2011 à 22:36
    La Mante

    si je te dis que le problème est que la population est trop résignée ?

    et si on allait mettre le feu au champ de mais.. quoi mauvaise idée ?

    en pus de pomper la flotte certains de ces assoifées toucheront des aides à cause des mauvais rendements liés à la sécheresse.

    Qui pleurera sur mes enfants quand il faudra se battre pour une bouteille d'eau ?

    par chez nous aussi, l'arrosage va à tout va, et les particuliers non plus ne se gènent pas pour arroser !

    3
    Mardi 12 Juillet 2011 à 08:45
    TELOS

    c'est bien ennuyeux tout cela..la vie est pourtant là..on va payer cher nos erreurs.. est-ce rattrapable? pas sûr.

    4
    Mardi 12 Juillet 2011 à 23:17
    Canardjaune

    Donner du pain et des jeux à la population , ainsi elle oublie ce qui l'entoure et la dérange ... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :