• La zoonose covid

                                 

    Doit-on en rire jusqu'à mourir

                                  Ou bien pleurer à en crever?

    La palme d’or du bal masqué

    N’est pas encore à son apogée.

    Tôt ou tard les masques vont tomber.

    De quel côté? Nul ne le sait.

    À visage caché, il avance à pas feutrés.

    À visages découverts, ils seront démasqués.

    Tôt ou tard, les masques vont choir.

    Il faudra les remplacer par des mouchoirs

    Pour que la fête du bal masqué

    En musique bien orchestrée

    Puisse continuer à progresser.

    Doit-on en avoir peur ou le braver?

    La palme d’or du bal masqué

    Sera finalement décernée.

    Comme partout, porté à Menton sur le menton,

    Ou derrière le lobe de l’oreille en perchoir

    Sur tout le territoire de Rochechouart

    Ou sous les narines du bout du nez 

    Comme dans la ville de Douarnenez

    Finalement où se résume l’efficacité?

    Par centaines ils tombent par terre

    Et ce n’est point la faute à Voltaire

    Les cordons élastiques dans le caniveau

    C’est encore moins la faute à Marivaux

    Tôt ou tard ils seront déversés à la mer

    Et, les regards croisés amers 

    En boumerang de gavroche

    Martelés sur les roches

    Déchiquetés en nanoparticules

    Nous frapperons de nouveau le matricule.

     

    La zoonose de cette maladie, en pandémie

    Va briser la mondialisation de notre économie.  

    De Chine venu, la covid s’est répandue

    De Chine fabriqués, par millions les masques sont vendus

    De Chine enfin un beau matin

    Viendra le fameux ou hypothétique vaccin.

     

    Doit-on en rire jusqu'à mourir

    Ou bien pleurer à en crever?

    La palme d’or du bal masqué

    N’en est toujours pas à son apogée.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 28 Septembre à 11:33

    Bonjour et oui un article intéressant c'est vrai que cela devient dur les masques de protection j'espère en voir la fin un jour pour tout le monde bonne journée bisou Claudine Daniel

    2
    LABORDE Marie
    Mardi 29 Septembre à 00:13

    Bonsoir cher Canard Jaune, 

    Dans ma ville j'ai encore la chance qu'il ne soit pas obligatoire. J'ai déjà du mal à le porter à l'intérieur des magasins, je le porte par respect pour les autres qui l'ont puis pour éviter une amende à 135 euros. 

    J'ai adoré votre texte et les photos sont superbes, j'ai gardé la plus jolie, la plus romantique, la dernière. Merci.

    Je vous souhaite une belle semaine remplie de tout ce qui plait à votre coeur.

    Bises de Marie.

    3
    Mardi 29 Septembre à 10:09

    J'adore ton poème doux-amer...Les masques cachent beaucoup de choses et pas seulement le visage ! Pour ma part, je refuse la pollution généralisée des masques à jeter et c'"est en tissu que je me planque le ,bout du nez pour éviter les amendes !

    4
    Mardi 29 Septembre à 11:45

    effectivement, on ne sait plus sur quel pied danser avec toutes les infos contradictoires qui circulent.. cette nouvelle pollution infeste les villes, les routes et bientôt la mer.. je ne comprends pas la bêtise humaine. Jeter son masque est irresponsable et mérite une sévère amende.. beaucoup de crainte que cette saloperie de virus dure un moment ! bravo pour ton poème joliment écrit

    5
    Vendredi 2 Octobre à 10:30

    j'aime autant le texte que le choix des photos; la dernière est superbe...les hommes laissent leur saloperie partout même en haute montagne.. santé !!

    6
    Mercredi 7 Octobre à 11:08
    francinea

    Bonjour, pour moi ce virus s'est "échappé" de ce laboratoire ultramoderne de Wuhan où la France et Buzyn ont des intérêts; celle-là, heureusement qu'elle n'est plus notre ministre de la santé; à Paris je vois des masques par terre, les gens sont sales,  il y a pourtant des poubelles partout; je te souhaite une bonne journée, bisous

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :