• Lune sur terre (suite)

    Bonjour ,

    Je vais tenter de vous décrire à la mode " Canardjaune " les vertus de ma Lune sur Terre . Mais pourquoi je l’appelle ainsi ? Parce que toutes les parties de la plante sont dotées de poils en forme d’étoile argenté . Aussitôt me voilà transposé dans la voie lactée par le biais d’une plante sur terre et j’ai ainsi choisi la lune comme référence astrale ... Un peu tiré par les cheveux mon histoire , mais j’aime à rêver dans cette société devenue sans trêve ni rêve hormis ceux marchands  . Revenons sur terre et au sujet du jour : le cierge de Notre Dame

     

    Déjà 2000 ans avant notre époque moderne , Dioscoride médecin et botaniste grec prescrivait , ses racines dans les affections pulmonaires ,  puis au premier siècle de notre ère Pline , ses feuilles pour guérir les bronches des humains et chevaux poussifs . Au 12ème siècle , Sainte Hildegarde tenait la décoction de fleurs et feuilles pour un véritable spécifique de l’enrouement . Merci à cette dame qui a été qualifiée très récemment Docteur de l’église par Monsieur Le Pape Benoît , seizième de la longue liste papale . Au moyen âge , les médecins conseillaient le suc de bouillon blanc pour la goutte et les hémorroïdes . Cela après une curieuse préparation qui consistait à piler ensemble les feuilles et fleurs puis à les laisser pourrir dans une "tinette" de bois fermée hermétiquement avec du plâtre , récipient que l’on exposait au soleil ( nous revoilà dans le ciel lacté du cosmos) ou que l’on enfouissait dans du fumier . ( Une histoire de douce chaleur des entrailles de la terre sans aucun doute car nos ancêtres étaient écolos et non bobos bien avant notre heure présente pour économiser de l’énergie ). Trois mois plus tard , la " digestion " s’étant opérée , on exprimait le suc qu’on conservait dans des flacons bien bouchés et qu’on appliquait sur les régions du corps douloureuses . Les recettes version moderne sont plus simple de fabrication et d’usage . Elles ont pour base les fleurs (récoltées par temps sec , au fur et à mesure qu’elles s’épanouissent car elles tombent rapidement , séchées le plus vite possible à l’ombre afin de les empêcher de virer au brun ) et les feuilles , fraîches ou séchées .

     

    Ces recettes seront pour demain qui sera un autre jour . N'ayant pas de fleurs de ma  lune de terre car nous sommes en décembre je vous offre en échange une étoile de Terre ( stellaire) de l'été dernier .

    Je vous souhaite un bon mercredi 12 décembre 2012


  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 14:57

    bien sûr que je connais je suis sorcière...et les fleurs de bach tu connais?

    2
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 20:54
    jane

    Voilà un joli mélange de science et de poésie à la mode canardjaune...Je ne vois pas pourquoi d'ailleurs on oppose de façon habituelle les deux , car la Nature , de l'infiniment garnd à l'infiniment petit , est pleine de mystère et de beauté...le secret des plantes en a sa grande part...Biz A+

    3
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 20:57
    Francine

    bonsoir, je vois que le froid aiguise ton inspiration!!! bonne soirée bisous

    4
    Jeudi 13 Décembre 2012 à 12:12
    Canardjaune

    Ah! je comprends maintenant pourquoi de temps en temps je vois des flacons divers et variés sur certaines de tes gravures photographiques . Pour les fleurs de Bach puisque tu es sorcière , envoi moi par la voie des nuages quelques embrums ou élixirs pour me calmer des impacts négatifs qui rôdent sans cesse derrière les balais de nos élites politiques . Bises et bonne fin de semaine     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :