•  Bonjour,

     À la mi-novembre, mes balades à vélo au bord de mon fleuve préféré « La Charente » m'offrent des spectacles colorés à chaque méandre.

    Les chemins de halage se métamorphosent de coulée verte, en coulée d'or, d'argent, de bronze et de fer rouge.

    Le forgeron Vulcain, avec l'aide de sa féconde Maïa enfante des Naïades de feuillages à faire pâlir une armée de peintres en herbes folles.

     Toutes ces nymphes m'enchantent sur fond bleu outremer reflet de Zeus roi du ciel.

    Mais Éole de décembre ne va pas tarder à souffler sur les braises et gommer cette palette multicolore

    pour engendrer des cendres d'un glacial noir et blanc. 

    Bon jeudi 16 novembre 2017 à toutes et tous.


    6 commentaires
  • La croisée des chemins s'allume

     en gerbes d'or éclaboussantes.

    Novembre tout en couleur,

    frissonne jaune incendiaire

    et barbote vert profond.

    Avant de se dévêtir pour céder place à l'hiver

    il rayonne de ses derniers éclats la joie intense du peintre

    qui façonne un tableau.

    Bon mardi 14 novembre 2017 

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Minotavros

     

    Minotaure à Menton

    Dans la mythologie grecque Minotaure est un monstre fabuleux au corps d'un homme et à la tête d'un taureau. Pasiphaé épouse de Minos est la mère du Minotaure. Poséidon dieu des mers envoya à Minos roi légendaire de Crète un taureau blanc qu'il devait sacrifier. Mais Minos le trouva si beau qu'il décida de le garder, trompant ainsi Poséidon.

    Minotavros

    Minotaure à Menton

    Ce dernier furieux fit dévaster les terres de Crète et inspira Pasiphaé d'un amour passionné pour l'animal. Avec l'aide de Dédale, Pasiphaé cachée dans une vache de bois creuse s'accoupla avec le taureau et donna naissance au monstre Minotaure, superbe corps d'homme doté d'une tête de taureau. Pour se débarrasser du Minotaure, Minos confia à Dédale la construction du Labyrinthe et y fit enfermer le monstre. Egée fils de Pandion et de Pylia, est tiré au sort pour servir de pâture annuelle au monstre. Mais Egée parvint à tuer le monstre grâce à Ariane , fille de Minos qui était éprise de Egée. Minos tenant Dédale comme l'auteur de cette fuite le fit enfermer avec son fils Icare dans le Labyrinthe. Ils s'enfuirent à l'aide des ailes que fabriqua l'habile sculpteur Dédale.

    Minotaure à Menton

     

    Samos 3

    Patrick Montalto, sculpteur contemporain, expose actuellement à Menton ( près du Bastion) quelques unes de ses œuvres en lien avec la mythologie grecque succinctement résumée ci-dessus. Si vous passez par là n'hésitez pas à admirer ces chefs d’œuvre de modernité qui s'en inspirent. Ci-dessous les autres œuvres exposées.

    Samos 2

    Minotaure à Menton

     

    Samos 1

    Minotaure à Menton

    Milo 2

    Minotaure à Menton

    Milo 3

    Minotaure à Menton

    Milo 1

    Minotaure à Menton

    L'exposition se termine le 15 Novembre 2017

    Bonne semaine à toutes et tous

     


    2 commentaires
  •  

    Dans un périmètre triangulaire de moins d'un kilomètre, un canardjaune constate :

     

    -1) Un magasin Leclerc mort , de sa belle mort naturelle d'un système gaspillage pour renouvellement d'un capitalisme sauvage.

    Merci monsieur Leclerc pour votre participation au dérèglement climatique et votre belle protection de l'environnement en greenwashing.

    -2) Une friche d'un centre clinical en totale déconfiture qui durant quelques mois a fait l'objet de trafics migratoires douteux.

     

    Voir informations ICI Charente Libre

     

    -3) Un nouveau et encore plus grand centre Leclerc miroir aux alouettes d'une consommation effrénée d'objets qui tombent très rapidement dans les cases ordures ménagères à recycler.

     

    Le décors théâtral est planté dans un Triangle des Bermudes à la sauce Angoumoisine et Spaniacienne au comble de la gabegie de notre actuelle société. Développons le sujet.

    Hier avec stupeur les Angoumoisins et Spaniaciens ont appris par voie de presse locale que des pauvres hères ( hommes, femmes, enfants et nourrissons) ne parlant pas le français viennent d'être expulsés manu-militari pour occupation illégale de la friche clinicale totalement insalubre et non vidée des archives radiographiques jonchant encore dans les couloirs des sous-sols. Cloisons défoncées, vitres cassées, excréments ça et là, tags à tous les étages étaient le décors quotidien de ces migrants. Ces expulsés en pleine période hivernale ( moins deux degrés le matin de l'expulsion.) vivaient là en transit pour le nord de l'Europe. Ils allaient discrètement, sans bruit pour ne pas déranger, faire leur course au nouveau Leclerc en face, en apnée de survie.

    Avant hier, toujours par voie de presse locale, les charentais apprenaient le début de la démolition de ce vieux Leclerc d'âge canonique de 34 ans à l'agonie de sa jeunesse non encore consommée. L'entreprise de déconstruction est chargée de vider les rayons avec évacuation en bennes pour recyclage et surtout à jeter en décharge pour aller plus vite. Meubles, nourriture et autres restes de la fermeture en juin 2017 finissent ainsi tristement leur vie par obsolescence programmée forcée, alors que des millions de gens n'ont même pas le minimum vital de survie sur cette petite planète Terre.

    Au sommet du troisième point de ce triangle des Bermudes, le nouveau hall de gare gris et triste du Leclerc version3.0 de juin 2017 rayonne avec joie de ce monde alentour.

    Triangle des Bermudes

    Tout comme son copain Monsieur Rouge-gorge, Canardjaune s'interroge. Que vont devenir ces pauvres hères et surtout ces enfants? Pourquoi avoir détruit un magasin pour le remplacer par un futur stade de foot synthétique ? Pourquoi avoir détruit un équipement sportif avec pelouse naturelle sur anciennes tourbières pour y implanter à la place ce triste gris hall de vente ? Serions nous tous devenus fou ?...Saurons nous capable un jour de nous extirper du carcan de notre bestiale animalité dominant dominé, hier par la force, aujourd'hui par l'argent? Saurons nous enfin devenir des hommes dotés d'humanité?

    Bon week-end à toutes et tous


    2 commentaires
  • Arbre béni des Dieux

    A 100 ans, je suis un jeune homme. A mille ans je suis toujours un bel adulte et à 1500 ans me voilà un resplendissant vieillard. Qui suis-je? Je suis de la même famille que les Lilas ( Syringia ), les frênes ( Fraxinus ) ou les troènes ( Ligustrum ) et bien d’autres arbustes tels les Forsythias et les Jasmins? Cette grande famille de plus de 900 espèces se nomme  Oléacée.

    Arbre béni des Dieux

    Vous l’avez deviné, je suis l’Olivier. Mon tronc âgé noueux et tourmenté reflète toutes les endurances de mon passé. Ainsi parvenu, mon âme finit par s’en dégager. Les hommes m’ont apprivoisé entre 3800 et 3200 ans avant la naissance de Jésus-Christ. C’est dire si cela fait des siècles que j’accompagne leur destin au mien.

    Arbre béni des Dieux

    Cela fait 6000 ans que l’on extrait de mes fruits une précieuse huile, commercialisée dès l’âge du Bronze. Fortement lié au pouvoir économique et religieux le commerce de l’huile était très contrôlé. Vers 1200 avant J-C l’âge du fer aidant, ma propagation se diffuse sur la majeure partie du pourtour méditerranéen.  L’empire Romain facilita et développa encore davantage la production de mon huile qui sert à l’époque essentiellement pour l’alimentation, l’éclairage, les soins et les pratiques religieuses.

    Arbre béni des Dieux

    A la chute de l’Empire romain, Vénitiens et Génois profitent des croisades pour commercer mon huile avec l’Orient. La fabrication du savon et l’apprêtage du textile oblige à une intensification et production quasi industrielle  de l’huile d’olive. A partir du 16ème siècle le nouveau monde par l’entremise des espagnols accueille ma culture . Argentine, Pérou, Mexique, Chili, et Californie sont conquis par mon arbre tortueux.

    Arbre béni des Dieux

    Enfin au 19 ème siècle, l’apogée de ma majesté  est à sont maximum d’expansion  culturale. Au 20 ème siècle les surfaces des oliveraies diminuent mais la production quintuple grâce aux gains de productivité.

    Arbre béni des Dieux

    C’est dire si j’ai et j’accompagne toujours le sort des hommes.

    Arbre béni des Dieux

    A leurs yeux, je symbolise la paix, la réconciliation, la bénédiction et le sacrifice. Je représente la force et la victoire, la sagesse et la fidélité, l’espérance et l’immortalité, enfin la richesse et l’abondance.

    Arbre béni des Dieux

    Je suis un arbre béni des Dieux. 

    Bon week-end à toutes et tous 

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires