• Marche pour le climat Nous sommes le 16 mars 2019, dans mon jardin les fleurs de jonquilles sont déjà fanées et les tulipes commencent à ouvrir leurs corolles. Cinquante ans plus tôt dans ce même jardin, ces floraisons avaient lieu du 15 avril à fin mai. Nul doute, dame Terre a la fièvre. Mais ce n'est pas parce que Gaïa est en chaleur qu'il faut la niquer. Aussi pour la énième fois, Canarjaune chausse ses pattes palmés et déambule dans les rues d’Angoulême pour la marche du climat. Cet après-midi, deux milles personnes au moins sont en mouvement. Deux milles personnes pour une population charentaise d'environ 350 000 habitants cela semble bien maigre en pourcentage, mais c'est énorme en prise de conscience.

    Marche pour le climat

    Ces 2000 âmes représentent le levain de l'avenir du changement à opérer sur notre planète si nous souhaitons que la chaleur de Gaïa ne nous nique pas à son tour après l'avoir bien niquée pendant 200 ans. Deux cents ans de pillages et de consommations fossiles tout azimut, pour peut-être 10 000 ans ou 100 000 ans de dérèglement climatique ? Le rapport de force n'est pas en notre faveur. Pas de pot pour nous. L’Homme ici représente le pot de terre, et Dame Terre le pot de fer. Elle ne nous laissera pas continuer nos caprices enfantins encore bien longtemps.

    Marche pour le climat

    Cette bataille est perdue d'avance pour notre matricule si nous ne changeons pas de braquet dans nos manières de penser et d'agir au quotidien. Le climat se dérègle parce que nous avons enfreint les règles. Il est temps d'en rétablir les codes pour nous si nous souhaitons perdurer . Chacun de nous possède un chiffre ou une lettre de ce grand code du mystère de la vie. Le raisonnable doit supplanter le déraisonnable.

    Marche pour le climat

    Il nous faut agir différemment, vite, très vite. Est-il encore temps?... 


    3 commentaires
  • Le printemps approche à grand pas, me chante le rossignol de mon jardin. Depuis huit jours en effet les pruniers, les pêchers et abricotiers ont coiffé leurs ramures de belles robes roses et blanches. Le printemps est bientôt là me siffle le merle de mon jardin, mais hélas il me siffle également que la stupidité des hommes est toujours bien ancrée aux tréfonds de leurs cervelles écervelées.

    Dans les grandes surfaces, véritables miroirs aux gentilles alouettes plumées de la tête au dos en passant par les pattes et le bec, à cette époque de l'année, les rayons jardineries explosent de futiles babioles décoratives et de produits phytosanitaires.

     

    A croire que les jardins sont devenu l'antichambre des brocantes bouddhistes et salaisons de pesticides et autres cochonnailles de la pharmacomanie « Rondup et consors ».

     

     

     

    Plus grave une loi qui interdit depuis le 1er janvier 2017 sur le sol métropolitain et d'outre-mer la vente en accès libre des désherbants et autres composants phytosanitaires à base de molécules de synthèse n'est toujours pas respectée. Pour preuve en ce mercredi 6 mars 2019 chez un certain Leclerc bien obscur, roi du « business and business », je constate que le puissant personnage de la revente made in china et Bangladesh , ne respecte aucunement cette loi. Monsieur et Madame tout le monde peut toujours se gaver allègrement dans cette foire-fouille « big-pharmacopée » .

    Petites adventices du jardin en 2019, planquez-vous, Monsanto est toujours là et s'accroche toujours à la « Glyphosate Task Force ». Nous vivons une formidable époque du non respect des lois. Une société sans morale, ni loi, engendre la disparition de la civilisation dans laquelle elle s’insère. 


    6 commentaires
  • Je ne sais pas si le dérèglement climatique est en marche. Une chose est certaine sous nos latitudes de France hexagonale il est en saute-mouton grand écart d'un mois de février passé au suivant présent. L'an dernier les frimas nous caressaient en courant glacial de Moscou pour nous fournir des oranges et citrons givrés .( voir ICI ) . Cette année il nous offre des courants d'air de sud bien agréables en tomates version provençales de pleine saison en hors saison.

    La preuve dans mon jardin (précisons, bien en Charente du côté d'Angoulême)  des tomates grand cru de février 2019 sont à l'heure d'été en plein hiver, sous véranda exposée côté sud sans aucun apport de chauffage complémentaire. Ces pieds de tomates de semis naturel d'août 2018, rentrés à l'automne ont coulé les journées fraîches de décembre et janvier sans difficulté particulière et les trois semaines ensoleillées de ce mois de février ont donné ce résultat surprenant. Le feuillage est certes fatigué par les journées courtes d'hiver, mais les fruits sont superbes et sans aucune maladie. Nous vivons une époque de transition énergétique. Tirons en profit

    Bonne semaine à toutes et tous


    6 commentaires
  • Le grand débat ou le grand déballage Le grand débat (ou le grand déballage?...), c'est maintenant et jusqu'au 15 mars 2019. Je doute de son efficacité mais au moins je me serais défoulé, en confession sans retenue, en écrivant  ceci ci-dessous, dans le questionnaire dédié à la transition écologique.

    Le grand débat ou le grand déballage

    La transition énergétique n'est qu'un grain de sable de l'immense tâche des reconversions qui nous attendent en matière de transition écologique. Les sources d'énergies faciles sont hélas derrière nous depuis belle lurette. La finance est le moteur énergétique du pétrole. La finance nous raconte des mensonges depuis le premier choc pétrolier. La finance est sous perfusion et à l’agonie des dettes qu'elle a inventées. D'ici 2025 tout peut s'effondrer par la finance, et, tout va probablement s'effondrer vers 2030 à 2050 par un pétrole qui sera devenu trop cher pour la finance. Je ne suis pas un visionnaire et j'espère profondément me tromper. La modernité de notre civilisation construite sur la base d'énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz ) telle que nous la connaissons aujourd'hui est moribonde et va exploser. Les "gilets jaunes" de France sont le petit catalyseur qui va impulser nos reconversions si nous souhaitons, nous les humains, perdurer encore quelques siècles sur cette Terre. Les énergies renouvelables, la pile à combustible et tout ce qui touche de loin ou de près à l'électricité n'est qu'illusion d'optique, car toutes sont intimement liées à la production pétrolière qui elle est en déclin depuis les années 2000. Le grand débat serait-il le prémisse en grand déballage, du grand chambardement qui nous attend ?...

    Le grand débat ou le grand déballage

    Bonne semaine à toutes et tous 

    Le grand débat ou le grand déballage

     



     


    3 commentaires
  •  Quand écologie rime avec ambitions personnelles

    Aux yeux dans les yeux et à la barbe de ses concitoyens, Madame le Maire de notre commune porte l'écologie aux sommets. C'est une bonne chose lorsque c'est justifié et raisonnable. Mais pour elle en ce moment, ça devient une véritable obsession à en perdre la raison. Hier au soir, un lourd dossier écrasait la table du conseil municipal. Le PLUi ( Plan local d'urbanisme inter-communal) était le sujet à aborder et à approuver. Lancé en 2015 par la procédure diagnostique enjeux et PADD (projet d'aménagement et de développement durable), il entre dans la phase finale de concertation par le biais biaisé de l'enquête publique. Mais il doit d'abord être validé par toutes les communes concernées et impactées. Les dents creuses, vous savez ces micro-trames vertes qui tapissent encore un peu le paysage des villes moyennes de France, de Navarre et d'Outre-Mer.

    Quand écologie rime avec ambitions personnelles

    Hé bien, le PLUi va se charger d'extirper ces molaires vertes pour les combler de mornes canines grises bétonnées. Voir ICI . et Voir Là . C'est ce qui se définit pudiquement comme «une utilisation économe de l'espace» ou encore de «sobriété foncière». De belles expressions écrites pour noyer les poissons aux arêtes épineuses qui frétillent dans le Fleuve « La Charente »qualifié de « plus petit des grands fleuves » de France métropolitaine. On est forcément le plus petit ou le plus grand de quelqu'un d'autre. Ce bassin territorial de l'Angoumois a dressé un SCoT( schéma de cohérence territorial) approuvé le 10 décembre 2013. Un DOO (document d'orientations et d'objectifs décliné en 28 prescriptions et 24 recommandations).

    Quand écologie rime avec ambitions personnelles

    Au fil des siècles de l'histoire de ce cœur Angoumois l'habitat a d'abord conquit le site haut stratégique d'Angoulême puis peu à peu comblé les espaces naturels et vallées avoisinantes. Tout ceci a conduit en un puzzle inextricable à l'image du mille-feuilles administratif que l'on va ajouter avec ce PLUi. Un PLUi part d'une bonne intention, mais nos élus s'en serviront parfois maladroitement pour leur raison d'être. Ainsi hier au soir, Madame Le Maire a anticipé et chercher à y inclure un champs photovoltaïque sur une zone verte protégée.

    Agro business

    C'est ce lieu tranquille qui va devenir fée électricité???

    Résultat, elle vient de perdre par démission, un des meilleurs élus de sa majorité. En revanche, en s'abstenant de participer au vote,  les élus de son opposition se sont malheureusement comportés comme des gamins de classe maternelle. Résultat un PLUi non encore actif et sensé bientôt protéger l'environnement futur de grand Angoulême est peut-être déjà entaché d'une verrue "fée électricité" par une dame aux ambitions vertes ambiguës.

    Quand écologie rime avec ambitions personnelles

    Reste un maigre recours : l'enquête d'utilité publique de mai-juin 2019.

    Quand écologie rime avec ambitions personnelles

    Citoyennes, citoyens aux urnes et à vos stylos.


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires