• Récolte de miel

     

    Le mois d'août 2019 est en phase descendante, et va bientôt se perdre dans les méandres des calendriers passés. C'est l 'époque de la dernière récolte des miels accumulés dans les ruchers. Mes voisins amoureux des abeilles possèdent quelques ruches ça et là dans la campagne charentaise. Hier c'était le grand jour du prélèvement du surplus de provisions du colossal travail de ces infatigables butineuses.

    Prélever ne veut pas dire se comporter en prédateur. Il s'agit de sortir seulement les hausses supérieures de la ruche en laissant toujours aux abeilles assez de nourriture pour franchir le dur cap de l'hiver qui s'annonce à l'horizon de la fin d'automne. Les provisions disposées dans les cadres sont fermées dans les alvéoles par des opercules de cire. Une fois récupérés, délicatement par enfumage afin de ne pas trop perturber les colonies d'abeilles, les cadres sont amenés à la miellerie.

    Ici le jeu consiste à désoperculer les alvéoles à l'aide d'un petit peigne pour en extraire le miel. La cire enlevée sert ultérieurement à créer de nouveaux cadres. Chaque cadre est placé ensuite dans un extracteur qui permet par la force centrifuge de vider son contenu.. Le miel récolté est ensuite filtré. La dernière étape consiste à faire remonter les particules restantes dans un maturateur et dans un écumeur.

    Il ne reste plus que la mise en pot et surtout ne pas oublier de dire un grand merci à nos amies les abeilles maillon majeur de toute fragile vie sur planète Terre. Les insectes abeilles sont le trait d'union du végétal-animal. Sans elles pas ou très peu de fécondation des fleurs des végétaux et donc peu ou plus de nourriture pour le règne animal dont nous faisons partie. L'homme n'est pas au dessus de la pyramide de vie sur Terre, il en est seulement un humble locataire au même titre que l'abeille. Si l'on veut se respecter, respectons la. Cessons nos gabegies d'apprentis chimistes dotés d'armes de destructions massives que sont nos pesticides, insecticides et autres babioles en écocides qui nous suicident à vive allure. Le monde végétal et animal qui nous entoure possède les mêmes droits de vie. Nous n'avons aucun privilège de supériorité. Il va falloir vite en prendre conscience car la dernière ligne droite du chemin hasardeux qui conduit à la catastrophe pour nous se profile à l'horizon.

     

    Bonne fin d'été à toutes et tous.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Août à 17:31
    Tu prêches une convaincue. Sans les abeilles, nous mourrons encore plus vite. Mon frère est fabricant de ruches warré et mon voisin est apiculteur.. Je connais bien ce monde.L'intelligence des abeilles, leur courage devraient tellement nous faire réfléchir.
    2
    Vendredi 23 Août à 18:56

    j'en ai sacrément appris. Merci

    3
    Vendredi 23 Août à 19:00

    Bonsoir merci du magnifique partage qui m'apprend bien des choses c'est très intéressant merci j'apprécie bonne soirée bisou Claudine Daniel

    4
    Vendredi 23 Août à 19:21

    Un reportage à s'en lécher les lèvres...Mais c'est important ce que tu dis : ne prélever QUE le surplus...Tout le monde n'a pas cette éthique !

    5
    Samedi 24 Août à 06:39

    Magnifique. Vive les abeilles qu'il est plus qu'urgent de protéger.

    6
    Mardi 27 Août à 17:21

    Les abeilles, c'est une partie de la vie de notre planète, il faut les protéger !
    bonne soirée
    Bernard

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :