• Rêves cauchemardesques

    Oh ! qu’il est long et tortueux le chemin conduisant vers l’éternité de l’au-delà de la colline . Que les croisements de la route de vie sont noueux et semés d’embûches . Qu’il est douloureux de croire ou de ne pas croire , et même de douter au suprême créateur qui semble indifférent aux misères qu’il a générées ici bas. Il est 3 heures du matin et suis insomniaque . Dans le noir de ma chambre , j’imagine que je suis au cœur du Sahara . La voie lacté y éclaire la nuit d’un pas feutré sans lune . Je tente de m’accorder un morceau de sommeil réparateur . Hélas je n’y parviens pas et lorsque je tombe enfin dans un demi-sommeil mes rêves m’emportent vers des cauchemars invraisemblables qui me tirent hors du lit . Je me prête à penser dans l’obscurité profonde . Qu’elles devaient êtres radieuses les nuits de pleine lune sans tous ces hommes accompagnés de leur cortège de lumières artificielles . Oh ! Gaïa , Terre Mère que deviens-tu accompagnée de ces scélérats qui se qualifient d’humains ? Réagis , ébroue toi . Ne te laisse pas dévorer par ces mineurs de pommes célestes . Reprend ton indépendance originelle . Le créateur s’est trompé . Il a posé sur toi une forme de vie qui te salit jusqu’à la lie . Ta fièvre anthropique bousculée par les hommes va peut-être les mâter . Ces savants personnages vaniteux vont devoir rapidement s’adapter à tes brusques sautes d’humeur qui ne vont pas manquer de se produire à courte échéance grâce à ton réchauffement climatique , sans aucun précédant aussi rapide , sur ton corps endolori . Et surtout soit impitoyable envers ces riches rois qui te blessent , te détruisent et t’avilissent . D’une simple pichenette , écrase ces doryphores de bipèdes . Ils ne méritent plus la confiance que tu leur a accordée jusque là . Les hommes ne valent rien . Ils ne sont que faiblesse et mensonge . La complexité de leur ego est sans limite pour se pavaner au sommet de leur orgueil . Rien ne les arrêtera pour parvenir à survivre sur ton dos et dans tes entrailles . Ne devient pas leur chose . Ils te poussent à vivre à crédit pour leurs plaisirs futiles . Retourne à ta raison première . Eradique les . Que les plantes et animaux soient à nouveau ton ajustement d’équilibre finement miraculeux . Leurs silences béats méritent compassion . Aide les à reconquérir leurs espaces perdus au profit de ces gueux à langage langue de bois mort . Ce n’était qu’un rêve cauchemardesque utopique . Le jour se lève . J’ai peu dormi et je reviens peu à peu la réalité du quotidien qui me happe . Ce dessin de plantu pour illustrer mes rêves et cauchemars de cette nuit .  

    Bonne journée


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Octobre 2013 à 18:20
    ANTO

    Bonsoir ,je te conseille la camomille avant le coucher ,mais c'est vrai que l'insomnie est pénible

    bonne soirée

    2
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 18:12
    telos

    elle évincera l'homme. on ne peut rien quand elle se met en colère..on compte les morts. bonsoir

    3
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 21:46

    On le sait , mais ton très beau texte remet le doigt là où ça fait mal : seul l'homme détruit ainsi...Pourquoi ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :