• Salon local de l'agriculture minière

    A Paris,la plus grande ferme éphémère de France et Navarre réunies ouvre en fanfare ce matin. En lever de rideau, notre Gouda national picore ça et là les produits OGM du terroir made in campagne de nos 13 nouvelles régions.  Les plus belles vaches pendant huit jours tiennent salon à deux lieues de l’Élysée-Matignon. Propres et tirées à quatre épingles en smoking lavé greenwashing elles paradent pour récolter médailles d’or teintées jaune paille, médailles d’argent sonnantes et trébuchantes, médailles de bronze colorées sulfate de cuivre à la bouillie bordelaise. Pendant le défilé de la grand-messe politicarde parisienne sur 8 jours, adieux, veaux, vaches, cochons, couvées, ça gronde toujours dans nos campagnes.

    Ce matin, non loin du nid de Canardjaune, Edouard Le clair- obscur en fait les frais. Le voilà sur la paille. Le bon grain a été séparé de l’ivraie, et l’ivraie aujourd’hui c’est Edouard qui la vend. La France agricole va mal. Comme l’industrie en son temps, elle est à son tour victime elle aussi de la mondialisation. Le rouleau compresseur de l’économie restructure en masse et concentration. Les fermes à 50 poules pondeuses, 5 vaches laitières avec veau élevé sous la mère poularde et 1 cochon d’où tout est bon deviennent précieuses denrées rares. Les camps de concentration à 100 000 poulets de merde, les hangars à 1000 vaches stressées et malades produisant du lait probiotique-antibiotique,  et les cabanes à 5000 cochons où plus rien n’est bon deviennent légion d’honneur sur l’hôtel de la décadence de notre nourriture.

    Prenons y garde l’argent ne se croque pas comme du chocolat "Banania". Il est conçu pour monnaie d’échange en partage équitable. Hélas à l’échelle mondialisée ce système est devenu pervers et ne fonctionne plus. Il nous conduit à la catastrophe par multinationales agroalimentaires interposées. Ce système de production sans limite arrive à bout de souffle. La Terre ne suit plus les ambitions des hommes. Elle commence à se rebiffer. Les doryphores que nous sommes , Dame Nature d’une pichenette va les jeter aux orties, oriflammes guerriers des portes de l’enfer.

    Réflexion faite, coopérer avec le monde des plantes et animaux qui nous côtoie serait plus sage pour notre bon devenir. Polluer l’air que nos enfants respirent en brûlant des pneus pour bloquer les carrefours, jeter de la paille sur le goudron des parkings des magasins pour freiner le commerce sans bloquer la marchandisation, balancer des gravats et du purin devant les préfectures pour impressionner nos suppositoires d’un état irresponsable coûtent et ne rapportent rien . Il est temps de repenser notre mode de vie. Il est temps de quitter cette agriculture pétrochimique minière dévastatrice. Il est temps d’entrevoir l’avenir autrement.

    Regardons les choses en face. 7 milliards d’humains avec chacun une automobile entre les mains, chacun un beefsteak quotidien dans l’assiette, chacun un téléphone portable greffé aux oreilles, ce n’est pas viable ni sain. Dans un tel mode de vie, la biodiversité s’effondre, les espèces animales disparaissent à la vitesse cosmique, le monde végétal s’étiole et dépérit sous les coups de butoir Monsanto, Bayer et consors. Le dérèglement climatique est la résultante de notre folie industrielle et commerciale actuelle. La science sans conscience n’est pas l’avenir de nos cités lumières paillettes de feux d’artifice.

    Produire notre nourriture localement en permaculture, en agro-foresterie, échanger au-delà de notre horizon avec équité, prêter attention et protéger les proches voisins, animaux et plantes du monde qui nous entoure est peut-être l’amorce du big-bang qu’il va falloir affronter. Demain ne sera plus jamais aujourd’hui.

                                                Bon week-end 


  • Commentaires

    1
    Caro
    Samedi 27 Février 2016 à 17:18

    maman m'a parlé de cet évènement mais je le vois en photo maintenant. Leclerc a eu un petit relooking!wink2

    Gros bisous mon papounet

    2
    Dimanche 28 Février 2016 à 07:18

    ils ont investi beaucoup et trop les paysans.. ils vont devoir revoir leurs méthodes.. intensives.le bio va bien.. bise bio

    3
    Dimanche 28 Février 2016 à 10:41

     Si j'étais agriculteur, j'essaierais de ma poser les bonnes questions, c'est urgent !

    4
    Mardi 1er Mars 2016 à 10:53

    ho ! un leclerc reloocké  !

    il faudrait tout revoir intelligemment mais hélas ça prendra du temps  et après il sera peut-être trop tard

    oups  j'aurais écris "lever de rideau" mais je me trompe peut être

    bonne journée   bises Cathline

      • Mardi 1er Mars 2016 à 19:33

         Exact Cathline, c'est bien  "lever de rideau". Bises 

    5
    Mercredi 2 Mars 2016 à 12:46
    francinea
    Bonjour, tu as raison, on va droit dans le mur avec cette mondialisation, et tout le reste, pauvre france! par contre pour leclerc, je vais pas pleurer; je te souhaite une bonne journée, bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :