• Usutu

     

    Bonjour,

    Usutu

     

    Courant juillet un merle de mon jardin est mort. De mort naturelle, je pensais. Puis un deuxième le lendemain. Je mis ça sur le compte de la canicule qui sévissait. Deux merles de moins en deux jours dans mon petit jardin , pas très réjouissant. Mais enfin il faut bien que la vie continue avec ou sans eux me dis-je. Puis trois jours passent et un troisième trépasse. Là, je pressens comme un mauvais rêve. Certes ils grattent aux pieds de mes fleurs pour en déloger les vers de terre , et ça m'irrite un peu de voir mes jeunes plantations dévastées.. Mais ils savent se faire pardonner en m'offrant à la tombée du jour de joyeuses mélodies. Puis les jours s'écoulent et plus de merle au jardin. Bah ! ils reviendrons à l'automne me dis-je.

    Usutu

    Les vacances d'août résonnent sous une canicule à faire trépasser 1500 âmes humaines supplémentaires par rapport à la moyenne des statistiques observées habituellement. Nos politiques se réjouissent. Ils ont le sentiment d'avoir agit depuis le célèbre épisode caniculaire de 2003. Mais ces chiffres ne sont-ils pas habilement manipulés pour nous rassurer d'un dérèglement climatique? Ce matin j'ouvre mon quotidien régional à la rubrique «  faune et flore ». Je découvre un « Usutu » qui me glace. L'explication de la disparition de mes merles au jardin me flanque à terre et pleurer de rage. L'automne cette année sera silencieux au jardin. Plus de merles, plus de mésanges et même plus mon petit Titi de rouge-gorge. Je ne le vois pas depuis une semaine.

    Usutu

     

    Un sérial killer virus nommé Usutu décime les merles de nos campagnes et de nos villes du Poitou-Charentes. Voir au-delà sur toute la NoA, Nouvelle Aquitaine, dernier bébé de la régionalisation pondue par nos politiques qui ne comprennent rien à la géographie du local et ne raisonnent qu'en global sans tenir compte du local. Le printemps silencieux de Rachel Carson s'écrit aujourd'hui en un automne assourdissant de silences faunistiques. Triste je suis, triste je reste après la lecture de cet article qui me dévoile la cause de la mort des merles de mon jardin.




  • Commentaires

    1
    Jo Chal
    Vendredi 28 Septembre à 18:21

    Triste,triste.bisous. ils se baignent encore à Roquebrune.ici il fait très chaud encore et il y a beaucoup de moustique. on va finir par avoir des maladies. bisous.

    2
    Samedi 29 Septembre à 18:02

    encore une saloperie de virus, on va surveiller le jardin

    3
    Samedi 29 Septembre à 18:04

    et j'avais lu à l'époque ce sacré bouquin de Rachel Carlson qui m'avait fait prendre conscience de la fragilité de notre planète

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 29 Septembre à 19:11

    Bonsoir c'est vraiment triste car quand ont les entends c'est du pur bonheur c'est vrai chez moi aussi j'aie fais le rapprochement de ne plus voir des merles pour l'instant j'espère qu'ils vont vite revenir bon samedi bisou Claudine Daniel

    5
    Cathline
    Samedi 29 Septembre à 21:12
    C est bien triste !
    Moi je ne voyais jamais de merles ds mon jardin mais cette année oui une chance bises
    6
    Mercredi 3 Octobre à 06:56
    francinea

    Bonjour, quelle tristesse, les passereaux n'avaient pas besoin de ce danger supplémentaire,  je te souhaite une bonne journée, bisous

    7
    Mercredi 3 Octobre à 10:17

    Je lis votre article .. J'ai trouvé trois oiseaux morts cet été dont un merle et je me demandais  la raison.. en voici peut-être une . J'habite la Charente Maritime . C'est vraiment catastrophique . Entre le réchauffement climatique et ces saloperies, la planète est vraiment en danger !

    8
    Mercredi 3 Octobre à 20:50

    c'est triste. 

    Par chez moi je n'ai pas remarqué de merles morts.

    Bonne soirée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :