• Et brutalement le ciel s'est embrasé.

    Et brutalement le ciel s'est embrasé.

    Certains levers du jour sont fantastiques. Ce matin, c'était le cas. Dieu Hélios qui aime à nous bombarder de ses photons, les a saupoudrer sur les poussières de notre atmosphère planète Terre. Le jeu en valait la chandelle. Le ciel s'est brutalement embrasé. Les pétales de lumière de l'hiver ont alors ébloui mes yeux et enchanté mon cœur. Le monde n'appartient pas aux riches qui croient le posséder, mais aux pauvres qui le contemplent. Ni riche, ni pauvre, mais toujours émerveillé par la fragile beauté du monde qui m'entoure, je remercie chaque matin le grand mystère de la vie qui m'a donné de contempler ce monde. Un merle qui siffle sur la branche de mon cerisier, une mésange qui grappille le tronc de mon prunier, le chat de ma voisine qui vient me quémander une caresse, l'atterrissage vers la ruche d'une abeille les pattes chargées de pollen, suffisent à mon bonheur de ce matin de janvier. En complice, jouer au clown en présence de ma petite fille qui rit alors aux éclats tapisse mes joies. Croire au souffle de la vie, est un excellent régénérant d'espoir.

    Et brutalement le ciel s'est embrasé.

    Le monde des adultes qui enlaidissent l'environnement m'affecte profondément, mais le règne des enfants qui grandissent avec une ferveur et un enthousiasme indéfectible vers toujours plus de beautés me pince d'espoir que tout n'est pas encore totalement perdu. Allez « Greta Thumberg » continue d'engueuler les adultes inconscients des merveilles de Gaïa. L'avenir sera porté par des adolescentes comme toi. Les lanceurs d'alertes d'hier comme « René Dumont » et d'aujourd'hui comme « Pierre Rabhi » ont beaucoup marqué ma conscience et je les en remercie car sans eux peut-être que j'aurais été happé par ce consumérisme qui gangrène la planète.

    L’image contient peut-être : oiseau et nature

    Je n'aurais peut-être pas ce matin, écouté le merle siffler dans mon cerisier avec l'envie de conter fleurette en compagnie de dame merlette, et admiré l'abeille l'abdomen chargée d'une pincée de fleurs sauvages qui rentre au chalet de son apiculteur . Un détail de rien peut changer toute une vie. Ne l'oublions jamais.  

    Et brutalement le ciel s'est embrasé.

     

    Bon week-end à toutes et tous..

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 10 Janvier à 13:19

    Très beau ciel et très beau texte à la sensibilité duquel je souscris totalement...

    2
    Samedi 11 Janvier à 10:13

    C'est magnifique

    ... la nature fait des petits miracles !
    bonne journée
    Bernard

    3
    Samedi 11 Janvier à 10:16

    Je partage cet amour de la nature que l'on s'emploie à faire mourir chaque jour un peu plus.. et je m'émerveille aussi devant ces miracles renouvelés que sont la ronde des saisons, les chants d'oiseaux et leur courage.

    4
    Samedi 11 Janvier à 10:22

    Je me suis autorisée l'emprunt de ton texte pour le mettre en intro de mon blog quelques jours..

    5
    Dimanche 12 Janvier à 09:48
    francinea

    Bonjour, la nature est si belle, c'est pourquoi l'homme la détruit chaque jour un peu plus, si ça continue on ne pourra plus s'extasier devant ces petits riens; quant à Greta, elle est complètement folle, désolée, et je ne parle pas de son autisme, elle a aussi des problèmes psys; elle est manipulée par des gens mal intentionnés;  elle ne fait que répéter des textes appris par coeur;  je te souhaite un bon week end, bisous

     

    6
    Lundi 13 Janvier à 14:13

    Bonjour tu nous offre des sublimes photos de ce magnifique ciel j'aime beaucoup bonne journée bisou Claudine Daniel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :