• Décidément cet hiver 2019-2020 qui n'en fut pas un, s'achève comme il avait commencé. Le ciel sous un déluge de nuages ne veut plus nous offrir un rayon de soleil réconfortant. Au jardin les plantes s'affolent en floraisons hâtives pour pouvoir dégorger le trop plein d'eau qui détrempe leurs racines. Dans la campagne les oiseaux se font de plus en plus rares et silencieux. L'empreinte des mornes remembrements de la fin du siècle précédant montre les effets à long terme de ce brillant gâchis , c'est à dire plus de vie. En ville les oiseaux batifolent un peu plus nombreux car les abandons de déchets de notre société de surconsommation sur les trottoirs leurs permettent royale pitance. A défaut de gîte confortable, ils possèdent au moins le couvert des gésiers bien remplis. Que sera ce printemps 2020 ?

    Nul ne le sait encore car un trouble fête nommé Covid-19 s'incruste partout où les faiblesses humaines s'amoncellent. Or les faiblesses chez les hommes sont incommensurables. Nous allons devoir montrer nos rares qualités humaines auxquelles je crois encore un peu malgré tous les doutes qui frappent à la porte de ma conscience. Pêle-mêle : Bourse virtuelle qui s'effondre en emprunts toxiques pour nourrir des PIB artificiels , climat qui se dérègle sous la contrainte de gaz à effet de serre alimentés à cadence infernale par des milliers de moteur thermiques explosifs , hommes qui se déchirent pour un or noir nauséabond, guerres sans relâche depuis que les forces viriles des mâles existent, c'est à dire depuis toujours.. Les femmes sont -elles vraiment l'avenir de l'homme ? Les « femen » me permettent encore une fois d’en douter. Ce n'est pas dans les extrêmes que je me reconnais.

    Oui, il va y avoir du pain sur la planche à pétrir, à enfourner et à cuire pour nous extirper de ce grand gâchis.

    Bon mardi 10 mars 2020

     

     


    4 commentaires
  • Bestiole dérangeante

    Le monde de l'infiniment petit est infiniment grand. La famille des « couronnes » reine du vaste monde des petites bestioles que sont les virus est là pour remettre à l'heure de temps en temps les pendules de nos folies. mondialisées. L'effondrement de notre brillante civilisation technique et technologique basée essentiellement sur une dilapidation de nos ressources énergétiques fossiles sera peut-être le fait de l’émergence de ce 2019-nCoV. Petit organisme vivant de grande taille dans le monde des coronavirus il est en passe de bouleverser nos petites habitudes quotidiennes. Venue, directement de l’Empire du milieu (effondré depuis 1912 et devenu depuis République de Chine), dans une ville Wuhan de plus de 11 millions d'habitants qui a planté ses tentacules au cœur de la province du Hubei, la petite bestiole a décidé de conquérir le petit monde Terre en se servant de notre grand monde marchand globalisé. Prolifique à souhait sur des porteurs sains qui s'ignorent malades elle harcèle et s'acharne plus particulièrement sur les personnes affaiblies.

    Bestiole dérangeante

    Très déstabilisante dans nos esprits habitués à penser être les maîtres du monde elle nous ramène à un peu plus d'humilité. Nous ne sommes pas au-dessus de la mêlée des autres espèces du règne animal et végétal. Nous sommes qu'un fragile et faible maillon de l'engrenage de la grande horloge du vivant sur Terre. Les virus, comme nous, savent évoluer et ils le font avec aisance beaucoup plus rapidement que nous. La mutation de ce Covid-19 est déjà sûrement en marche. Notre gouvernement probablement dépassé par cet ennemi invisible et sournois en est conscient et n'ose pas trop nous l'avouer pour éviter la panique à bord d'un Titanic qui coule à bâbord et tribord sans parvenir à frapper l'armée virale invisible qui fait face. Ce dimanche 8 mars 2020, « journée des Dames à l'International », un conseil de défense, jour des Messieurs à huis clos du national se tiendra à 18h00 pour faire le point de la marche en avant à suivre. Nous vivons une époque de transition lente, mais ce virus va nous la bousculer plus rapide.

    Bestiole dérangeante

    Bon dimanche à toutes et tous.


    1 commentaire
  • Février en hiver clément vient de céder sa place à un début mars frileux. Les vacances de plein hiver battent la cadence des papys et mamies en métier de nounous attentionnées envers leurs poussins de seconde génération. Être papy d'une petite fille de 4 ans quoi de plus merveilleux  don de la providence de ce grand mystère de la vie qui nous est gratuitement concédé pour un temps à chacun indéterminé et encore moins déterminable. L'imagination virtuelle est encore un peu diffuse à cet âge précoce, mais le réel au quotidien est déjà fortement ancré. Les incessantes questions fusent inlassablement. Les réponses surprennent et poussent à de nouvelles interrogations.

    _« Papy, pourquoi as-tu des cheveux dans tes narines? »

    _ « Ce sont des vibrisses pour mieux chatouiller ton bout de nez, mon petit chat »

    _ « Papy, ton jus de papy qui accompagne ton fromage c'est bon ? »

    _ «  Humm, c'est du nectar de raisin en part des anges pour sublimer le goût du lait devenu un « lou-Pérac » qui joue au loup garou ou un « Comté » qui conte des histoires de chèvre de Monsieur Seguin

    _ Papy, on joue au piège à loup ?

    _ « Et hop tu es coincé dans le piège à renard mon petit merle de printemps »

    Toute la journée, inlassablement l'enfant heureux claironne des « Papy on joue ? » comme si le jeu précédant n'avait jamais existé.

    _« Papy on joue pour de vrai mais on imagine pour du faux. »

    - « Ah !... ». C' est papy qui s'interroge maintenant.

    Quel bonheur d'être grand père d'un enfant de quatre ans .

    Bonne semaine à toutes et tous.


    7 commentaires
  •  

     

    D'après la Météo de France, de Navarre et des DOM-TOM, il paraît que janvier a été nettement chaud sur notre très douce France. Février chausse une paire de bottes identiques et emboîte le pas d'une même courbe de bonnes températures.. Exemples à l’appuie : le 11 février 2020 nos insulaires corses de Bastia ont vécu une nuit tropicale au cœur de l'hiver avec 21,9°sur 24 heures. En Antarctique les scientifiques du climat ont constaté un franchissement de la barre des 20° le 9 février 2020. Des tempêtes hivernales aux températures remarquables se succèdent à cadence infernale chez nos amis les anglais avec débordement sur nos côtes bretonnes. Biarritz aujourd'hui a enregistré 20°. Bref les anomalies de températures à la hausse s'amplifient. Neiges et glaces fondent comme morceaux de sucre se dissolvent dans tasse de chocolat chaud .

    Le problème, c'est que l'on regarde nos sottises de dérèglement climatique à la légère et par le bout de la lorgnette. Notre Président de France, de Navarre et des DOM-TOM se déplace en grande pompe de roi "Hélios" élu pour constater que la mer de glace s’amenuise à la vitesse de la lumière. De son bureau de l’Élysée par écran TV interposé il aurait sûrement vu le même spectacle de désolation de cette mer glacée en perdition. Comble de surprise, aujourd'hui 15 février 2020, à Bagnère-de-Luchon dans nos belles Pyrénées, la neige (50 tonnes ) est tombée précipitamment en bas de la station de ski par hélicoptère interposé. Nos amis parisiens vont pouvoir s'adonner à la glisse par 23° demain après-midi. Elle est pas belle la vie quand le pétrole est abondant et peu cher. Par contre notre belle maison Terre trinque à tout va et attrape la fièvre chaque jour un peu plus. Jusqu’où et jusqu’à quand ?

     

    Nous

    ne

    le

    savons

    pas encore,

    mais

    ça

    ne

    serait

    tarder.

     

     

     

     

     

     

    Bon dimanche à toutes et tous

     


    5 commentaires
  • Couchant de soleil incendiaire

    Quand le couchant de soleil de février embrasse fougueusement le fleuve « La Charente «  en débordement, la couette du lit mineur de la dame aux méandres paresseux s'allume en veillée d'armes nocturnes.

    Couchant de soleil incendiaire

    Les herbes en dégorgement s'irradient en hors d'eau étincelant. Des flammèches se posent ça et là sur le miroir d'où surgissent des frênes aux pieds en bottes de sept lieues dégoulinantes de mousse en éponges noircies.

    Couchant de soleil incendiaire

    L'instant est éphémère et échappe aux promeneurs pressés de rentrer au logis. Ceux-là ne profiterons pas du tableau aux couleurs rapidement changeantes. Prendre et goûter l'instant est sublime récompense .

    Couchant de soleil incendiaire

    La beauté de la Nature est un émerveillement subtil et nécessaire pour qui tremble de joie face à ce grand mystère d'une création explosive infinie. Être en profonde symbiose avec les beautés du monde est un réconfort perpétuel pour s'accrocher à la vie.

    Couchant de soleil incendiaire

    Le souffle de lumière divine est divin et apaisant. L'astre de feu qui chaque jour réchauffe le cœur des hommes est un miracle. Merci Dame Nature pour ce couchant incendiaire inoubliable.

    Couchant de soleil incendiaire

    Bonne semaine à toutes et tous.


    3 commentaires