•  

    Abeille des matins de printemps, frissonnante

    Abeille des après-midis d'été, bourdonnante

    Abeille du cœur de l'hiver, endormie

    Abeille d'automne où ton miel est ravi.

    A la moindre douceur du ciel toujours en activité

    Aux premiers rayons de soleil jamais fatiguée

    Que la fleur que tu aimes soit tienne

    Que le bouquet fleuri cueilli te revienne.

    Dans l’embrassade d'une vive piqûre

    De cire et de miel offerts à point, bien mûrs.

    Merci pour l'ouvrage que je te vole à la belle saison

    En fin d’été , et parfois, plus que de raison

    Abeilles, je vous aime, et vous me le rendez bien.


    1 commentaire
  • Bristo-Myers Squibb et Novartis vous connaissez. ? Personnellement ces deux entreprises pharmaceutiques me sont presque inconnues. Par contre notre toute dernière ministre de la santé, fraîchement nommée au gouvernement N° 1 de Macron 1er dernier roi de France élu comme républicain par une minorité de français qui croient toujours au père Noël, était de 2009 à 2011 au conseil d'administration de ces deux laboratoires très impliqués dans la fabrication des vaccins.

    Sanofi vous connaissez ? C'est encore un laboratoire pharmaceutique qui via son président Serge Weinberg a largement soutenu la campagne des élections de Monsieur Macron.

    Le président du conseil de vaccination Monsieur Alain Fischer, vous connaissez? Ce personnage est en lien étroit avec le laboratoire Sanofi dont il a reçu en 2013 le prix « Sanofi-Pasteur ».

    Vous ne trouvez pas que cela fait un peu beaucoup entre intérêt général et conflit d'intérêt avec les fabricants de vaccins ? Alors il est urgent de ne pas dire « amen » à cette ministre qui souhaite rapidement mettre en vigueur l'obligation de trois vaccins ( DTPolio ) à onze (Hépatite B, Pneumocoque, méningocoque et le triple vaccin ROR). Bien sûr en cas de problème, c'est l'assurance solidarité nationale qui prendra en charge, pas les laboratoires. Pour eux les profits sur le dos des nourrissons, pour nous la collectivité les pertes en cas de pépins. Belle mentalité ce nouveau gouvernement. Et ce n'est que le début de la déferlante réforme des cinq années à venir de notre monarque Macron 1er. Nous sommes le dimanche 18 juin 2017, aujourd'hui votez ou pas, mais ne vous trompez pas de lait à la crèmerie. Ça peut tourner au pot de yaourt aigre pour nous et au pot de vin bonnes bouteilles pour ceux élus.

    Si vous souhaitez dire NON à Madame la Ministre Agnès Buzyn cliquez sur ce lien:

    http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

     Bon dimanche ensoleillé en limite caniculaire.


    4 commentaires
  • Bonjour,

    Ayatollah Oncle Sam d’Amérique

    Ce premier juin 2017 restera dans l’histoire de l’humanité sur Terre comme un dernier soubresaut de son passé vers le premier grand saut dans l’inconnue de son plus qu’incertain avenir. Depuis 200 ans la planète Terre est malade des agressions que lui infligent les hommes. Aujourd’hui, elle agonise aux quatre angles de sa petite sphère qui glisse dans un univers sidéral pour se frayer un chemin de vie parmi l’immensité adverse du néant qui l’enveloppe de ses serres acérées. Les pustules des mégalopoles humaines sont autant de furoncles qui rongent la peau de Gaïa notre unique nourrice. Les immenses fracturations à ciel ouvert qui dévorent ses réserves pétrolières gaz de schiste et charbon sont autant de  bombes à fragmentation pour déclencher le réchauffement climatique. Gaïa à la fièvre. Ce sont les hommes, et uniquement eux, qui en sont la cause.  La dernière alternative pour les humains, c’est de subir son suicide programmé ou d’agir très vite pour surmonter sa disparition à très court terme. Gaïa notre unique nourrice est notre petite "Nounou" à ne pas abîmer. Lessiver notre "Doudou" à grands renforts de recyclage en green-washing ne suffira pas. Il va falloir totalement changer notre mode de vie au quotidien pour progresser et perdurer. Il est probablement déjà très tard. L’incendie de la planète a déjà consumé notre chambre à coucher. Les flammes du dérèglement climatique lèchent notre cuisine où se loge notre unique garde manger. Les guerres de l’eau, de la nourriture et des maigres terres émergées à partager avec nos amies les plantes et nos frères les animaux sont à la porte de nos placards de réserves. L’espoir est la dernière bouée de sauvetage du sauve qui peut qui nous reste avant de trépasser. Sera-t-il suffisant alors qu’un ayatollah Oncle Sam d’Amérique en décadence prétend le contraire? Les Etats-Unis et l’Europe des pays de hémisphère nord sont déjà dans la poubelle de l’histoire à ne pas poursuivre. L’avenir est entre les mains de La Chine et de l’Inde. Seront-elles assez puissantes mentalement  et culturellement pour ne pas abandonner le navire de la reconstruction d’un nouveau monde, en modèle de société totalement refondée?

    Ayatollah Oncle Sam d’Amérique

    Bonne journée à toutes et tous.    

     


    2 commentaires
  • Fait divers journalistique

    Devenue obsolète et trop coûteuse à remettre aux normes de sécurité actuellement en vigueur, la piscine parapluie de Cherbourg de Roquebrune-Cap-Martin  s’était endormie en fermeture définitive depuis 2015. Mais alors que faire de cet encombrant parachute déployé en draperie percée sur ce bord de mer méditerranée en lisière de Menton ? Le budget de la commune viré au rouge vif depuis le désengagement de l’état ne permettant pas sa démolition à court terme, l’objet restait en désuétude chronique jusqu’à ce beau jour de printemps 2017. Un soi-disant providentiel orage dans un bel éclair blanc réduisit en fumée la voilure déchiquetée par les vents violents d’hiver. Passée entre les mains des assureurs une coquette somme à débourser par les cotisants permettra d’effacer les stigmates de la charpente tordue et noircie au moindre coût pour la commune. Merci bel orage providentiel.

    Fait divers journalistique

     


    3 commentaires
  • Afin d'exhumer le trouble de la mort qui par deux fois dernièrement s'est présentée emportant deux de mes plus êtres chers, je ne peux qu'exprimer ces quelques lignes pour en extirper son substantifique mystère et apaiser mon âme.

           

    La mort, ce corps flottant sur l'abîme de l'oubli.

    La mort, ce jour de lumière aveuglante et d'obscurs ténèbres qui efface la vie pour en engendrer d'autres.

    La mort, et son cortège de pleurs pour les vivants qui restent et s'y rattachent de près.

    La mort, ce blasphème du "Je" de ceux qui poursuivent leur demain de condition humaine.

    La mort, cette héroïne triomphante  de toute matière organique et minérale  en désuétude.

    La mort, ce palier suprême du passage vers l'au-delà en voyage aller simple.

    La mort, ce pied de nez rocambolesque qui gomme tout.

    La mort, ce cailloux de l'absurde qui éclate de sanglots en une myriade infinie du cosmos en ébullition. 

    La mort, ce secret bien gardé du créateur qu'aucun être ne peut découvrir.

    La mort, cette âme en déshérence perpétuelle qui conduit au grand mystère de la vie.

    La mort, ce cosmos doté d'une conscience spirituelle.

    La mort enfin, ce symbole d'éternité qui fomente la vie.

    La mort, la vie

     


    3 commentaires