•  

    Espoir du lendemain qui chante

    En ce dernier jour du mois de mars 2019, l'inquiétude de Canardjaune va grandissante quant au devenir du jardin pour cette année.

    Espoir du lendemain qui chante

    En effet depuis janvier tout se détraque insensiblement mais sûrement. Janvier certes humide mais sans aucun froid significatif. Février en températures d'avril. Mars en record d'ensoleillement et pluviométrie réduite à la portion congrue sur 20 jours dont les 10 derniers jours égale à zéro.

    Espoir du lendemain qui chante

    Les plantes et notamment les arbres vivent sur les réserves d'eau de janvier.

    Espoir du lendemain qui chante Les fruitiers sont en pleine floraison avec 1 mois d'avance.

    Les roses de mai sont déjà là.

    Espoir du lendemain qui chante

    Bref soit avril rééquilibre les choses ou alors on s'oriente vers des ennuis certains.

    Espoir du lendemain qui chante En attendant l'espoir du lendemain qui chante, quelques fleurs glanées ça et là au jardin.

    Espoir du lendemain qui chante Bonne semaine à toutes et tous.

     


    7 commentaires
  • Le grand leurre Lorsqu'un petit Monarque qui se complaît dans une oligarchie républicaine à la française déroule le tapis rouge au grand timonier Roi de Chine, le jeu marchand est fort risqué. La roulette russe du gagnant gagnant penche immanquablement du côté du roi de l'empire du milieu. Notre Roi Emmanuel 1er de France pèse le poids d'une once d'huile légère de Monsieur Tournesol en publicité marketing de la fin des années du siècle dernier. « Quand la chine s'éveillera... le monde tremblera » de Monsieur Alain Peyrefitte est en phase ouverte de réalisation. La chrysalide de chine se métamorphose et part à la conquête du monde marchand planétaire. Elle pose ça et là ses jalons tout en imposant ses conditions. « Deux milliards de chinois, et nous, et nous, et nous » chantonnerait aujourd'hui Jacques Dutronc. Nous, Français de souche et français d'immigration allons devenir demain, les petites mains des petites mains d'aujourd'hui. Un roi de Chine garantie à vie, ça compte plus lourd qu'un roi France à l'obsolescence programmée à cinq ans. Les contrats signés en marchés de dupe de ce 25 mars 2019 sont un grand leurre de petits gaulois . Une France face à la Chine représente une balle de ping-pong face à un boulet de canon. Nager en eau trouble permet difficilement de retrouver son chemin. Au secours l'Europe, sinon nous sommes perdus.

    Le grand leurre Bonne semaine à toutes et tous 


    3 commentaires
  • Marche pour le climat Nous sommes le 16 mars 2019, dans mon jardin les fleurs de jonquilles sont déjà fanées et les tulipes commencent à ouvrir leurs corolles. Cinquante ans plus tôt dans ce même jardin, ces floraisons avaient lieu du 15 avril à fin mai. Nul doute, dame Terre a la fièvre. Mais ce n'est pas parce que Gaïa est en chaleur qu'il faut la niquer. Aussi pour la énième fois, Canarjaune chausse ses pattes palmés et déambule dans les rues d’Angoulême pour la marche du climat. Cet après-midi, deux milles personnes au moins sont en mouvement. Deux milles personnes pour une population charentaise d'environ 350 000 habitants cela semble bien maigre en pourcentage, mais c'est énorme en prise de conscience.

    Marche pour le climat

    Ces 2000 âmes représentent le levain de l'avenir du changement à opérer sur notre planète si nous souhaitons que la chaleur de Gaïa ne nous nique pas à son tour après l'avoir bien niquée pendant 200 ans. Deux cents ans de pillages et de consommations fossiles tout azimut, pour peut-être 10 000 ans ou 100 000 ans de dérèglement climatique ? Le rapport de force n'est pas en notre faveur. Pas de pot pour nous. L’Homme ici représente le pot de terre, et Dame Terre le pot de fer. Elle ne nous laissera pas continuer nos caprices enfantins encore bien longtemps.

    Marche pour le climat

    Cette bataille est perdue d'avance pour notre matricule si nous ne changeons pas de braquet dans nos manières de penser et d'agir au quotidien. Le climat se dérègle parce que nous avons enfreint les règles. Il est temps d'en rétablir les codes pour nous si nous souhaitons perdurer . Chacun de nous possède un chiffre ou une lettre de ce grand code du mystère de la vie. Le raisonnable doit supplanter le déraisonnable.

    Marche pour le climat

    Il nous faut agir différemment, vite, très vite. Est-il encore temps?... 


    3 commentaires
  • Le printemps approche à grand pas, me chante le rossignol de mon jardin. Depuis huit jours en effet les pruniers, les pêchers et abricotiers ont coiffé leurs ramures de belles robes roses et blanches. Le printemps est bientôt là me siffle le merle de mon jardin, mais hélas il me siffle également que la stupidité des hommes est toujours bien ancrée aux tréfonds de leurs cervelles écervelées.

    Dans les grandes surfaces, véritables miroirs aux gentilles alouettes plumées de la tête au dos en passant par les pattes et le bec, à cette époque de l'année, les rayons jardineries explosent de futiles babioles décoratives et de produits phytosanitaires.

     

    A croire que les jardins sont devenu l'antichambre des brocantes bouddhistes et salaisons de pesticides et autres cochonnailles de la pharmacomanie « Rondup et consors ».

     

     

     

    Plus grave une loi qui interdit depuis le 1er janvier 2017 sur le sol métropolitain et d'outre-mer la vente en accès libre des désherbants et autres composants phytosanitaires à base de molécules de synthèse n'est toujours pas respectée. Pour preuve en ce mercredi 6 mars 2019 chez un certain Leclerc bien obscur, roi du « business and business », je constate que le puissant personnage de la revente made in china et Bangladesh , ne respecte aucunement cette loi. Monsieur et Madame tout le monde peut toujours se gaver allègrement dans cette foire-fouille « big-pharmacopée » .

    Petites adventices du jardin en 2019, planquez-vous, Monsanto est toujours là et s'accroche toujours à la « Glyphosate Task Force ». Nous vivons une formidable époque du non respect des lois. Une société sans morale, ni loi, engendre la disparition de la civilisation dans laquelle elle s’insère. 


    6 commentaires
  • Je ne sais pas si le dérèglement climatique est en marche. Une chose est certaine sous nos latitudes de France hexagonale il est en saute-mouton grand écart d'un mois de février passé au suivant présent. L'an dernier les frimas nous caressaient en courant glacial de Moscou pour nous fournir des oranges et citrons givrés .( voir ICI ) . Cette année il nous offre des courants d'air de sud bien agréables en tomates version provençales de pleine saison en hors saison.

    La preuve dans mon jardin (précisons, bien en Charente du côté d'Angoulême)  des tomates grand cru de février 2019 sont à l'heure d'été en plein hiver, sous véranda exposée côté sud sans aucun apport de chauffage complémentaire. Ces pieds de tomates de semis naturel d'août 2018, rentrés à l'automne ont coulé les journées fraîches de décembre et janvier sans difficulté particulière et les trois semaines ensoleillées de ce mois de février ont donné ce résultat surprenant. Le feuillage est certes fatigué par les journées courtes d'hiver, mais les fruits sont superbes et sans aucune maladie. Nous vivons une époque de transition énergétique. Tirons en profit

    Bonne semaine à toutes et tous


    6 commentaires