•  

    En un duo atypique, Canardjaune et Canette Traversière se sont donnés rendez-vous sur une portion de la Via Podiensis pour cheminer vers un lointain Compostelle. Compte tenu d'un calendrier serré pour Canette, le périple durera l'éphémère temps d'une semaine de fin juin.

    La première étape consiste à relier le Puy en Velay à St Privas d'Allier. Il s'agit ici de franchir une portion du « Velay » soit 24 kilomètres en mode vitesse escargots de Bourgogne à cornes d'Aubrac. Du haut des marches de la cathédrale N-D de l’Annonciation Canardjaune scrute le lointain horizon d'un Compostelle en vision mirage saharien. Canette traversière en flûtiste avisée ajuste sa gourde d'eau suspendue à l'un de ses mousquetons.

    La dégringolade des marches par la rue des tables nous éloigne de la ville. L’ascension du Velay vers l'ouest nous conduit immanquablement vers Les Fangeasses puis St Christophe sur Dolaizon. Le paysage est peu marqué mais les bords du sentiers sont battus par d'innombrables petites tâches colorées.

    Scabieuses, sanguisorbes nous étoilent la vue des milles lumières de la palette, d'un Van Gogh en extérieur saturé d’absinthe .

    Bleuets et campanules aux yeux pastel azuréen nous apaisent. La sérénité gagne peu à peu les tréfonds de nos cœurs en émoi.

    Nous cassons la graine tirée de notre besace à St Christophe sur Dolaizon. Bancs et tables adossés à l'ombre de l'église, la fraîcheur du lieu nous pousse à ne pas trop tarder en ce joli village de France profonde à l'écart des tumultes du monde moderne. Nous poursuivons notre chemin par Liac, Ramourouscle, Montbonnet. Arrivé au sommet de La baraque, nous abordons la descente vers St Privas d'Allier via un étrange lieu « Le Chier » (prononcer le cher) à la vitesse maximale autorisée de 45 Kmh . (Un clic permet d'agrandir les 2 photos ci-contre) .

    Les premières vaches d'Aubrac nous signent d'un clin d’œil malicieux. Ces reines de l'Aubrac, nous les découvrirons en grandeur nature à l'étape N°5 de notre cheminement.

    Pour l'heure il est temps de s'endormir au gîte de la petite place de St Privas d'Allier par une nuit de songes d'été en compagnie d'Orpin âcre, poivre des murailles éclaboussant de jaune.

    Bonne journée à toutes et tous. 


    9 commentaires
  • Ne chicanons plus En démocratie participative un Himalaya Tibétain accouche souvent d'un Mont d'Arrée breton lilliputien. Les bonnets rouges ne sont pas toujours des bonnets blancs. Pour Madame notre Maire tenter cette forme d'approche vis à vis de sa population mérite un coup de chapeau. Le manège enchanté de l'an passé, puis le questionnaire en avis à la population et finalement une nouvelle réunion mairie-population ont enfin permis de faire avancer le schmilblick. Le non-sens du sens interdit de la rue Denis Papin n'est plus et cette rue a retrouvé sa vocation à mieux desservir les quartiers qu'elle irrigue. La rue Emile Zola en est ainsi un peu mieux apaisée. Quant à la rue Gambetta, ne pas chicanons plus. Depuis hier matin elle s'affiche en nombreuses chicanes aux couleurs bleu-blanc rouge du slalom géant « allez les bleus » vers la victoire finale de dimanche.

    Ne chicanons plus

    Pour une fois la démocratie participative locale a battu son plein sur une petite commune des ambitieux Grand Angoulême.

     


    4 commentaires
  •  

    Gaïa, notre planète Terre est en burn-out. Elle ne supporte plus les agressions que les hommes lui infligent. Gorgée de gaz à effet de serre au cycle infernal, elle commence à sombrer dans un état comateux. Et pourtant le fourmillement de la famille du genre « bipède humanoïde » à la science sans conscience poursuit la folle destruction de sa seule maison d'habitation ballottée dans le cosmos.

    Dame Nature ne va pas supporter indéfiniment nos douces fantaisies. D'une main gantée, en un revers de violents orages par ici, des inondations par là, de graves incendies de forêts par sécheresse à répétions , elle va parfaitement finir à nous éliminer par la faim qu'elle prépare insidieusement .

    Bof, après moi le déluge diront certains. Attention, le lait, dans la casserole posée sur le feu allumé de la gazinière commence à monter. Le débordement rapide tout comme celui des eaux des océans n'est plus très loin. Il risque de nous laisser tomber par terre, le nez dans le ruisseau et ce ne sera point la faute à Voltaire, ni à Rousseau. Mais les misérables ce sera nous.

    Pour en savoir un peu plus sur les orages du 04 juillet 2018 sur le département de la Charente cliquer sur ce

    lien

    Bon mercredi 24 juillet 2018 à toutes et tous


    7 commentaires
  • Hémérocalles en mariage d'agrumes

    A Menton, en juin, dans le jardin d'agrumes du Palais de Carnolès les citronnier, orangers, mandariniers et pamplemoussiers prennent leur quartier d'été. La floraison de ces arbres et arbustes de la grande famille des Rutaceae est juste achevée. Ils semblent entrés en léthargie. Il n'en est rien. Jour après jour, citrons, oranges, mandarines et pomelos vont se forger un zeste d'agrume au soleil pour devenir les rois de l'été en juteux colorés de plein hiver.

    Hémérocalles en mariage d'agrumes

    Afin de les accompagner dans cette métamorphose du mystère de la fécondation et les encourager à devenir Citrus, les hémérocalles, plantés à leurs pieds par les jardiniers et jardinières avisés de la cité mentonnaise , bâtissent à l'unisson de chatoyantes couleurs.

    Hémérocalles en mariage d'agrumes

    Ces fleurs d'un jour qui se renouvellent chaque jour tout l'été possèdent de curieuses corolles dentelés, telles des robes renversées de carnaval les jours de bal masqués.

    Hémérocalles en mariage d'agrumes

    Si vous passez voir la perle de la France chère au grand géographe qu'était Élisée Reclus, n’hésitez pas à cheminer en ces lieux apaisants.

    Hémérocalles en mariage d'agrumes

    Tremper du regard vos yeux ici bas, est merveille inoubliable pour les amateurs de couleurs.

    Hémérocalles en mariage d'agrumes

    à toutes et à tous, bonne semaine à vaquer en vos activités respectives

    Hémérocalles en mariage d'agrumes


    5 commentaires
  • 7/9 au Demeurant Salami

    Ce matin au 7/9 de France Inter, l’invité du jour, un certain "Nicolas la Hulotte" nous a vendu les bienfaits de ses remèdes homéopathiques pour la protection allopathique de notre environnement. Traduisons ses pensées:

    -Le glyphosate:  « tout va bien Madame la marquise, il n’est pas encore inscrit dans la loi alimentation, mais ça viendra, ce n‘est qu‘une question d‘années lumières » . Traduisons en langage clair:  Les industriels de l’alimentation vont pouvoir se régaler en inscrivant sur les emballages « Garanti sans glyphosate ajouté ». Et les grandes surfaces de vente prendre le relai pour continuer à vendre du mauvais en le faisant passer pour du bon.

    7/9 au Demeurant Salami

    -La protection des animaux dans les élevages industriels et dans les abattoirs, on verra plus tard. En attendant rien ne change. Traduisons en version originale sous titrée. « Ces gens là sont trop puissants et le combat de boxe est trop en ma défaveur pour que je puisse, moi Ministre, changer les choses »  .

    7/9 au Demeurant Salami

    -200 millions de ronds d’euros pour les deux roues sans moteur diesel associé ? -« Faisable  pour bientôt ; -ma ministre des transports possède les Pesetas mais pas moi » . Pour faire simple: Un peu de goudrons ça et là pour boucher les nids de poules et ça ira mieux pour que les vélos ne tombent plus dans ces pièges à volatils en batterie de véhicule à assistance électrique.

    7/9 au Demeurant Salami

    Et pour finir cette éphémère interview du duo aux "Demeurant-Salami" qui enfument avant 9h00 les oreilles des auditeurs, France Inter nous diffuse une incube et succube réclame de transition énergétique: « Citroën la voiture de votre avenir à petit prix fonctionnant sans huile de palme ajoutée au carburant bio-industriel à la Mède Total in France ». 

    7/9 au Demeurant Salami

    Bon mercredi de repos pour les mômes écoliers et bonne journée à toutes et tous pour les gamins d'adultes que nous sommes à bouffer des boas pour des pythons 


    5 commentaires