• En chemin vers Compostelle, les estives

    En Aubrac, l'élevage du veau sous la mère n'est pas un mythe mais une heureuse réalité.

    Sur cette dernière portion de chemin Aubraquais, en cette belle France profonde, qui va nous ouvrir la porte de la vallée du lot, nos « guiboles » tiennent le coup des 5 jours d'efforts précédent. De Nasbinals à Aubrac, le cœur des estives est à nous.

    Nous baignons pleinement au pays de cette reine des vaches à robe grise légèrement teintée de fauve. Les yeux en fine amande maquillés « coco grand luxe» sont ici partout autour de nous. Nous ne pouvons pas nous dérober à leur présence et leur regard acidulé vu que nous sommes obligés de les côtoyer en corps à corps et de franchir les troupeaux qui nous barrent le chemin et la sortie des pacages.

    Nous assistons ce jour-là à une étrange « talasso » à l'argile d'un mâle Aubrac désireux de plaire à toutes ses prétendantes affublées autour de lui. Il creuse un trou dans le sol et à l'aide de ses pattes s’asperge de la terre rouge qu'il soulève avec habileté.

    Il badigeonne de poussière argileuse ses flans rendant ainsi inaccessible l'invasion des mouches. Spectacle inoubliable.

    Nous atteignons notre point culminant du jour 1320 mètre d'altitude à Aubrac. Nous laissons à notre droite du chemin sa Dômerie d'apparence austère

    pour ensuite plonger sur Belvezet et son volcan . La boralde qui nous conduit à St Chely d'Aubrac nous permet de perdre rapidement de l’altitude. Les sous-bois de hêtres, de chênes et de noisetiers nous caressent de leurs ombres bienfaitrices.

    St Chely est le terme de notre belle randonnée de cet fin juin 2018. Le pont franchissant la rivière est surmonté d'un calvaire des pèlerins inscrit au patrimoine de l'Unesco.

    Vers le Sud-ouest le GR 65 poursuit sa route sans nous. L'an prochain si le créateur de toute vie nous le permet, nous opterons pour la portion suivante et peut-être jusqu'à Cahors. Le rendez-vous dans nos têtes est déjà pris.

    Bonne journée et bon mois d'août à toutes et tous.


  • Commentaires

    1
    Caro
    Jeudi 26 Juillet à 17:13

    Oh que oui on continuera ; mais dans deux ans!!!

     

    2
    Jeudi 26 Juillet à 18:03

    très agréable ce reportage. Il faut aller au bout

    3
    Vendredi 27 Juillet à 14:01
    francinea

    Bonjour, ça devait être quelque chose de voir ce taureau s'asperger de terre, surtout que c'est une belle bête; vous êtes bien courageux d'avoir accompli ce périple; Cahors ou pas Cahors? en tout cas si oui là bas il y a du bon vin pour se requinquer ! bonne fin de semaine, bisous

    4
    Vendredi 27 Juillet à 14:24

    Bonjour et bravo à vous je vous dis merci pour ce merveilleux voyage à travers vos très jolis partages ca fait vraiment plaisir je vous dis un grand merci j'apprécie beaucoup bonne journée bisou Claudine Daniel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :