• Mon ami Robert Papillon, en ce 1er décembre 2015, me confirme que le réchauffement climatique n’est pas qu'une vision d’optique sur un thermomètre à alcool. Malgré le coup de froid de la semaine dernière, il batifole encore dans mon jardin et s’est endormi sur une feuille de noyer.

    Sa tenue de camouflage fait peu d’effet sur un tel fond de tapisserie. J’ai ainsi tout à loisir réussi à lui tirer le portrait sans me faire attraper par le diable qui soi-disant l’accompagne. Aller Monsieur "Robert le diable" nous sommes en décembre et il est temps que tu t’endormes jusqu’au printemps.

                                 Photos du 01/12/2015 Bonne journée .

     


    4 commentaires
  • Oh! Spirale infernale du mal.

    Paris blessé

    Paris ensanglanté

    Paris mutilé

    Paris vampiré

     

    Que nul crétin

    Un beau matin

    Vole le chemin

    De nos destins

     

    Paris meurtri

    Paris endolori

    Paris détruit

    Paris anéanti

     

    Que nulle canaille

    De ses entrailles

    Déploie semailles

    Horribles mitrailles

     

    Paris mortification

    Paris perversion

    Paris affliction

    Paris damnation

     

    Que nul salaud

    Dans le ruisseau

    Ne boive l’eau

    De nos joyaux

     

    Paris déchirant

    Paris angoissant

    Paris compatissant

    Paris attendrissant

    Oh! Spirale infernale du mal.

    Condoléances et pensées profondes

    à toutes les victimes de ces horribles tueries.

     


    7 commentaires
  • Mais que fait donc Canardjaune? Depuis quelques temps il a disparu des écrans du radar de la blogosphère. Pas d’inquiétude, sa santé va pour le mieux dans le meilleurs du monde des humains qui vont bien et moins bien. Après avoir ardemment poussé à la restauration des murs extérieurs de son nid douillet qui commençaient à perdre fraîcheur du temps de l’eau qui coule sous les ponts de la vie d’un oiseau à plumes, il se repose des efforts accomplis.

    A califourchon sur bicyclette jaune citron Cap Martin des nobles comtes de Roquebrune, chapeauté d’un casque du même ton acidulé agrumes de Menton, il rêve de grand large sur lit de galets en trempant ses vieilles rémiges au cœur des flots méditerranéens. Bref les pattes palmées il tire sa flemme dans le cocon des chaleurs de l’été. Ne souhaitant pas se laisser piéger par l’addiction des écrans diffuseur de virtuel trompeur de réel, il coupe le fil d’Ariane de la toile d’araignée de l'internet pas toujours très net en ayant fermé son "Regards croisés". Il vous souhaite à toutes et tous un bel été doré à l’or fin des délices du mystère de la vie.


    5 commentaires
  • Un ami, pote âgé, possède un jardin camembert. Cette année, il y cultive des scaroles et laitues en portion vache qui rit bien calées sur un coulis d’argile concassée par presse-purée pomme de terre .L’an passé en ce même lieu,  il s’était amusé à y faire croître des pieds de piment, du plus doux pour palais Carnolès sensibles au plus fort pour papilles azuréennes aimant les sensations exaltées.

    Les années ayant lustrées ses lombaires il développe aussi des petits prés carrés en étages. Ainsi le sol lui semble moins terre à terre pour son dos vermoulu xylophage.

    Pour recycler ses débordantes récoltes biovillage, il a installé un composteur cabane de jardin caressé de plantes nitrophiles pour équilibrer le trop plein de nitrate qui s‘en dégage.

    Après promenade du soir par les chemins des assaisonnements, des saveurs et des couleurs ,

    Jardin camembertil s’offre des nuits d’hôtel trois étoiles firmament, en compagnies de ses précieux copains auxiliaires de vie du monde des plantes selon monsanto version siècle avisé des lumières. Ainsi va la vie de mon pote âgé dans son potager.

     

    Je

    vous

    souhaite

    un bon week-end à rêver.          

     

     


    9 commentaires
  • De par leur feuillage,  ces plantes ressemblent à s’y m’éprendre à des bananiers, mais il n’en est rien. Ce sont des Strelitzias nicolai appelés plus communément oiseaux blanc de paradis .

    Elles adorent chaleur et humidité pour progresser pleinement jusqu’à atteindre 10 mètres de hauteur. C’est donc une vivace herbacée géante à éviter dans les petits jardins. L’extraordinaire floraison apparait au printemps et s’épanouit jusqu’au cœur de l’été .

    C’est merveille de voir ces grandes bractées gris violacé qui finissent en cyme de fleurs aux sépales blancs et pétales ressemblant à des langues bleus encre de chine . Elles débordent de vivacité sur la Riviera française et italienne . Originaire d’Afrique du sud, elles sont ici dans leur second paradis du terre.

     

    En juin 2011, j’avais déjà écrit sur ces belles géantes.c'est ICI

    Bon mois de juin 2015 à toutes et tous         

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique